Accéder au contenu principal

Deux opposants politiques incarcérés entament une grève de la faim au Venezuela

L'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez dans sa cellule de la prison de Ramo Verde, le 8 juin 2014.
L'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez dans sa cellule de la prison de Ramo Verde, le 8 juin 2014. Prensa Voluntad Popular, AFP

Deux opposants vénézuéliens incarcérés, dont le chef du parti Voluntad popular Leopoldo Lopez, ont annoncé depuis leur prison entamer une grève de la faim pour protester contre la répression dans leur pays.

Publicité

Un dirigeant de l'opposition vénézuélienne, Leopoldo Lopez, a annoncé samedi 23 mai qu'il entamait une grève de la faim et a appelé à une marche de protestation pour le week-end prochain contre le gouvernement socialiste au pouvoir à Caracas.

Lopez a été incarcéré voici plus d'un an pour son rôle dans le déclenchement de manifestations contre le président Nicolas Maduro, qui ont dégénéré en violences et se sont soldées par 43 morts et des centaines de blessés.
 
Dans une vidéo tournée dans la prison de Ramo Verde où il est en détention, Lopez, qui a 44 ans, a déclaré que lui-même et un autre opposant politique, Daniel Ceballos, ex-maire de San Cristobal, étaient en grève de la faim "avec une demande concrète : la liberté pour les prisonniers politiques". 
 

 

Depuis sa prison de Ramo Verde, l'opposant vénézuelien Leopoldo Lopez appelle à manifester.

 
Les deux hommes réclament également la fin de la persécution, de la répression et de la censure, et l'annonce d'une date définitive pour la tenue d'élections parlementaires en présence d'observateurs de l'Organisation des États américains (OEA) et de l'Union européenne. Ils ont appelé leurs partisans à une manifestation "massive et pacifique" le samedi 30 mai.
 
Un des opposants vénézuélien les plus radicaux
 
Économiste formé notamment à Harvard, Leopoldo Lopez, 43 ans, fait partie des opposants les plus radicaux au pouvoir du président Nicolas Maduro, héritier politique du président Hugo Chavez mort en mars 2013.
 
Ancien leader étudiant, Daniel Ceballos est le maire destitué de la ville de San Cristobal, berceau des manifestations anti-gouvernementales qui ont secoué le Venezuela en 2014.
 
Leopoldo Lopez est emprisonné depuis février 2014 à la prison militaire de Ramo Verde, près de Caracas. Daniel Ceballos l'y avait rejoint un mois plus tard, mais a été transféré samedi à l'aube dans une prison de droit commun à Guarico, dans le centre du pays, tandis que Leopoldo Lopez se voyait infliger, selon son avocat, une sanction disciplinaire après la découverte dans sa cellule d'un téléphone portable.
 
Selon la presse locale pro-gouvernementale, ces mesures font suite à la découverte d'un projet d'évasion présumé.

Avec AFP et Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.