Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : "Nouvelle droite", vieilles idées ?

En savoir plus

FRANCE

Décès de Christian Varoujan Artin, figure de la communauté arménienne de Marseille

© Marc Daou / France 24 | Christian Varoujan Artin, le 22 mars à Marseille.

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 27/05/2015

Christian Varoujan Artin, administrateur de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (Aram), est décédé mardi à l’âge de 55 ans. Il était une figure de la communauté arménienne de Marseille.

La communauté arménienne de Marseille est en deuil. Christian Varoujan Artin, administrateur de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (Aram), est décédé à l’âge de 55 ans des suites d’une chute mortelle survenue le 26 mai.

Cet informaticien de formation, féru de photographie et de nouvelles technologies, avait repris le flambeau de son père, Garbis Artin, fondateur d’Aram. Celui-ci s’était fixé la mission de sauvegarder l'histoire de la diaspora arménienne en France et dans le monde. Très attaché à son identité marseillaise, Christian Varoujan Artin était un militant actif de la cause arménienne et de la reconnaissance du génocide de 1915 perpétré par les autorités de l’Empire ottoman.

En 2014, il organisait à Diyarbakir, une ville peuplée de Kurdes dans l’est de la Turquie, une exposition de 99 photos de rescapés du génocide. Sa manière à lui de rapatrier symboliquement ces Arméniens réfugiés à Marseille. Parmi les clichés, figurait celle de son grand-père paternel, Sahak Artin, seul survivant à l’âge de 16 ans, avec son frère, d’une famille de 50 personnes.

En mars 2015, il avait accepté de participer au webdocumentaire de France 24, "1915 - 2015 Centenaire du génocide des Arméniens, Mémoires vives", dans lequel ce petit-fils de quatre rescapés revenait sur l’histoire de sa famille, la transmission de la mémoire et sur son identité.

Il est le héros du documentaire "Le Printemps des Arméniens", qui retrace son retour sur la terre de ses ancêtres, réalisé par Gilles Cayatte, et diffusé à l’occasion du centenaire. Il était le commissaire de l’exposition "100 Portraits d'exil, la quête d'identité des réfugiés arméniens", à l'auditorium du musée d'Histoire de Marseille, présentée jusqu'au 27 septembre.
 

Première publication : 27/05/2015

  • GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS

    "Mémoires vives", le webdoc de France 24 sur le génocide des Arméniens

    En savoir plus

  • Génocide des Arméniens

    Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)