Accéder au contenu principal

Coupe du Roi : Lionel Messi offre au Barça un doublé et la victoire

ANDER GILLENEA / AFP

Déjà champion d'Espagne, le Barça a remporté samedi la Coupe du Roi en battant l'Athletic Bilbao (3-1), grâce notamment à un doublé de Lionel Messi. Le FC Barcelone rêve désormais d'un triplé avec la finale, cette semaine, de la Ligue des champions.

Publicité

Quinze jours après le titre de champion d'Espagne et une semaine avant un possible triplé en finale de Ligue des champions, le Barca s’est imposé contre l'Athletic Bilbao, samedi 31 mai, et a remporté la Coupe du Roi, grâce notamment à deux buts prodigieux de Lionel Messi.

Déjà auteur du but du sacre en Liga, le lutin argentin a récidivé samedi soir au Camp Nou avec un slalom d'anthologie, se jouant de quatre adversaires pour ouvrir la marque dès la 20e minute de jeu. De la magie pure. Et tant pis pour l'Athletic Bilbao, qui rêvait de décrocher enfin un trophée après 31 années blanches et deux autres finales de Coupe perdues face au Barça en 2009 et 2012.

Mais Messi est trop fort, trop intenable, trop rapide, trop affamé de ballon et de titres. À ce niveau-là, on voit mal quelle équipe aurait pu arrêter Messi, revenu à un niveau de jeu surnaturel après une saison 2013-2014 assez médiocre. La Juventus Turin, adversaire du Barça en finale de C1, est prévenue.

Messi, Suarez, Neymar, trio imbattable

Débordements, crochets, une-deux... L'Argentin leur en a fait voir de toutes les couleurs avec un jeu exceptionnel : il a échappé à trois défenseurs, crocheté un quatrième joueur et marqué d'une frappe puissante au premier poteau (20e).

Messi a aussi été impliqué sur le deuxième but, signant un une-deux avec Ivan Rakitic : le Croate a lancé Luis Suarez, qui a impeccablement servi Neymar, buteur d'un plat du pied (36e).

A l'évidence, le "Roi Leo" a signé une performance complète samedi et ses ouvertures millimétrées vers l'aile opposée auraient pu permettre au Barça de mener très largement à la pause.

Bref, il n'y avait pas grand-chose à faire face à Messi, Suarez et Neymar, devenus dès leur première saison d'association l'un des meilleurs trios de l'histoire du club catalan. Messi a d'ailleurs alourdi la marque en se faufilant entre les défenseurs (73e), juste avant la réduction du score de la tête de Williams (79e), seul Basque à avoir été dangereux samedi.

Xavi applaudi, l'hymne espagnol sifflé

Avec désormais 120 buts toutes compétitions confondues cette saison, le trio "MSN" a d'ailleurs effacé le précédent record du genre en Espagne sur la période récente, détenu jusque-là par Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Gonzalo Higuain (118 buts en 2011-2012).

C'est dire si Messi a toutes les chances de récupérer le Ballon d'Or aux dépens de Ronaldo l'hiver prochain.

Le public catalan ne s'y est pas trompé, scandant plusieurs fois le nom de l'idole. Il a aussi applaudi à tout rompre l'entrée du maître à jouer Xavi Hernandez (35 ans), en partance cet été pour le Qatar et qui a achevé sur un trophée son inoubliable carrière de joueur au Camp Nou.

Tout aussi mémorable dans l'enceinte barcelonaise : le niveau sonore des supporteurs, dans un stade comble et rugissant. Au point d'ailleurs qu'un énorme concert de sifflets a retenti au moment de l'hymne espagnol en début de rencontre, alors que s'affichaient en tribune des mosaïques aux couleurs des drapeaux basques et catalans. Cette protestation en présence du Roi Felipe VI pourrait d'ailleurs valoir des sanctions aux deux clubs.

Mais cette bronca a bien vite cédé la place aux applaudissements adressés à Messi, véritable roi de la fête.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.