Accéder au contenu principal

Ségolène Royal juge les négociations de l'ONU sur le climat "totalement inadaptées"

La ministre  française de l'Écologie Ségolène Royal.
La ministre française de l'Écologie Ségolène Royal. Matthieu Alexandre, AFP

Les négociations sur le climat menées sous l'égide des Nations unies sont "totalement inadaptées" à l'urgence climatique, a jugé lundi la ministre française de l'Écologie, Ségolène Royal.

PUBLICITÉ

À six mois de la conférence internationale sur le climat organisée à Paris, la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, a estimé que les négociations de la convention-cadre de l'ONU sur les changements climatiques sont "totalement inadaptées".

"Les négociations de l'ONU sont totalement inadaptées à l'urgence climatique. En privé, tout le monde le dit, tout le monde en est parfaitement conscient, mais la lourdeur du processus est telle qu'il se poursuit comme si de rien n'était (...). J'ai l'impression que l'on remet chaque fois à l'année suivante les décisions à prendre", a jugé Ségolène Royal dans une interview publiée lundi 1er juin sur le site du Monde.

Et d’ajouter : "Ce décalage entre la procédure onusienne et l'urgence climatique commence à poser un réel problème et à exaspérer les pays les plus fortement victimes du dérèglement climatique", ajoute-t-elle.

Royal dénonce le "folklore" des négociateurs

La course pour parvenir à un accord mondial dans la lutte contre le réchauffement climatique est relancée lundi à Bonn, en Allemagne, avec une session de négociations intermédiaires.

"Il ne faut pas stopper les négociations onusiennes, mais il faut que Bonn obéisse à des instructions politiques des chefs d'État et de gouvernement. Sinon, les négociateurs, qui sont là depuis 15, voire 20 ans, vont continuer leur folklore, juge la ministre de l'Écologie. Vous retrouvez des centaines de personnes devant leur ordinateur, en train de discuter un point du texte entre crochets ou de jouer aux mots croisés !"

"Il faut changer de méthode : mettre sur la table un document rassemblant les engagements des pays les plus en avance, comme ceux de l'Union européenne, et demander aux États qui ne sont pas d'accord de s'exprimer. Cela changerait les choses parce que les pays ne voudront pas apparaître comme ceux qui ont fait échouer le sommet de Paris", plaide-t-elle.

La conférence internationale sur le climat, la COP21, se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochains, en présence de représentants de 195 pays. Elle vise à un accord mondial pour maintenir le réchauffement en deçà de 2°C par rapport à l'ère préindustrielle.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.