Accéder au contenu principal
ROLAND-GARROS 2015

Balayé par Wawrinka, Federer quitte Roland-Garros dès les quarts

Roger Federer, l'oeil sombre, a quitté Roland-Garros dès les quarts
Roger Federer, l'oeil sombre, a quitté Roland-Garros dès les quarts AFP
2 mn

Il ne pouvait y avoir qu'un Suisse en demi-finale de Roland-Garros. Et contre toute attente, c'est Stanislas Wawrinka qui a rejoint le dernier carré, après avoir corrigé un Roger Federer constamment sur le reculoir.

Publicité

envoyé spécial de France 24 à Roland-Garros.

Au début, il y avait l'ogre Djokovic, le roi Nadal et le revenant Federer. L'histoire a vite tourné court pour le dernier élément de ce trio de favoris. Dans la course à la victoire de Roland-Garros 2015, Roger Federer a été balayé dès les quarts de finale, et qui plus est par l'un des siens.

Stanislas Wawrinka, qui n'avait jamais passé les quarts de finale du tournoi parisien, a tout simplement surclassé son partenaire de Coupe Davis, avec qui il avait soulevé le trophée en 2014. Pour la première fois, "l'autre Suisse" rejoint les demi-finales sur l'ocre de Roland-Garros au terme d'une rencontre à sens unique, conclue en trois petits sets (6-4, 6-3, 7-6).

Federer avait besoin d'un break

Trois manches ont donc suffi pour mettre à mort les espoirs de victoire de Roger Federer sur le Lenglen. Malgré un public clairement en sa défaveur, Wawrinka a été étincelant et il a su élever son niveau de jeu dans les moments clés.

Une statistique illustre parfaitement cette solidité : Federer a eu quatre balles de break tout au long de la partie, et il n'en a concrétisé aucune. Stan, lui, en a conclu trois sur les huit dont il a disposé.

En janvier, lors de l'Open d'Australie, Wawrinka avait été sorti en demies. Nul doute qu'à Paris, il doit rêver à beaucoup mieux. Et au vu de ce qu'il fait, il peut...

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.