Accéder au contenu principal

Face à la révolution Djokovic, le roi Nadal n'a pu qu'abdiquer

Novak Djokovic a mis fin mercredi au règne de Rafael Nadal, vainqueur de Roland-Garros à neuf reprises.
Novak Djokovic a mis fin mercredi au règne de Rafael Nadal, vainqueur de Roland-Garros à neuf reprises. Pierre René-Worms

Les neufs titres de Rafael Nadal n'ont rien pesé face à la justesse de Novak Djokovic, mercredi, en quart de finale de Roland-Garros. L'Espagnol a été balayé en trois manches par le numéro un mondial et quitte Paris par la petite porte.

PUBLICITÉ

envoyé spécial de France 24 à Roland-Garros.

Depuis le tirage au sort de Roland-Garros, vendredi 22 mai, tous les amateurs de tennis n'avaient qu'une date en tête : celle du 3 juin, jour que beaucoup désignaient comme celui de l'abdication du roi Rafael Nadal, nonuple vainqueur de Roland-Garros. Ils ont eu raison.

En quart de finale du tournoi, sur un court central plein à craquer, l'Espagnol a été balayé par Novak Djokovic en trois petits sets (7-5, 6-3, 6-1). Le Serbe rencontrera en demi-finale l’Écossais Andy Murray, vainqueur en quatre manches de l'Espagnol David Ferrer (7-6, 6-2, 5-7, 6-1).

À voir : Roland-Garros en images

Si l'Espagnol, redescendu au septième rang mondial, ne partait pas favori face au numéro un mondial, tout le monde s'attendait à un choc de titans. Il a eu lieu lors du premier set, conclu toutefois avant le jeu décisif par un "Nole" très inspiré (7-5), et qui avait mené 4-0 avant de se faire rejoindre.

Puis, dès le début de la deuxième manche, l'équilibre a été définitivement rompu. Au fil des jeux, Djokovic est apparu de plus en plus solide, tandis que le peu de confiance accumulé par Nadal s'étiolait. Et l'Espagnol, avec moins de 50 % de premières balles dans le deuxième set, a logiquement fini par se faire breaker puis par plier (6-3).

Vaincu sans gloire

Derrière, le Serbe n'a eu qu'à dérouler. Comme lors du premier set, il a pris les devants très tôt (4-0) mais n'a cette fois rien lâché. Devant un public du central incrédule, il a conclu sans sourciller un troisième set dominé de la tête et des épaules (6-1), sur le service de Nadal, et en moins de deux heures et demie.

La chute est donc brutale pour l'Espagnol, qui n'avait quitté qu'une seule fois Paris avant la fin de la quinzaine : c'était en 2009, face au surprenant Robin Soderling (6-2, 6-72, 6-4, 7-62). Mais même là, il n'avait pas été battu aussi sèchement, en trois sets. Il avait au moins donné le change au Suédois.

Une page se tourne donc à Roland-Garros. Il est très probable que Nadal revienne dans les prochaines années, qu'il gagne même de nouveau à Paris, mais plus jamais son statut ne sera le même. Le Majorquin a été battu en trois sets, et a quitté sans gloire un tournoi que tous lui attribuaient avant même le début des rencontres.

Et même si le grand joueur est toujours en vie et connaîtra vraisemblablement de nombreux succès dans le futur, le roi, lui, est mort. Vive le roi.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.