Accéder au contenu principal

Explosions meurtrières lors d'un meeting du parti pro-kurde HDP en Turquie

Les explosions n'ont pas été causées par un défaut dans le système électrique, contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps.
Les explosions n'ont pas été causées par un défaut dans le système électrique, contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps. Ilyas Akengin, AFP

Deux explosions d'origine inconnue ont fait deux morts et plus de 100 blessés, vendredi, lors d'un meeting électoral du parti d'opposition pro-kurde HDP. Un incident de plus dans une campagne qui a été émaillée de nombreuses violences.

PUBLICITÉ

Deux personnes ont été tuées et plus de 100 personnes ont été blessées par deux explosions d’origine indéterminée lors d'un rassemblement électoral du parti d'opposition pro-kurde HDP dans le sud-est de la Turquie, vendredi 5 juin, à deux jours des élections législatives, a annoncé le ministre turc de l'Agriculture Medhi Eder, cité par l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

Les circonstances de ces incidents demeurent peu claires pour l'instant et le Premier ministre Ahmet Davutoglu a déclaré qu'il n'avait pas été établi si les explosions avaient été provoquées par un accident ou par un attentat.

"Nous ne savons pas pour l'instant s'il s'agit d'un attentat ou d'un accident. Mais nous découvrirons quelle en est la cause", a déclaré le chef du gouvernement lors d'un rassemblement de ses partisans à Gaziantep.

>> À lire sur France 24 : "Le chef kurde Ocalan lance un message de paix pour une 'ère nouvelle'"

Des militants du HDP ont vivement réagi après les explosions en jetant des pierres sur les forces de l'ordre, chargées d'assurer la sécurité de la réunion. Les policiers les ont dispersés avec du gaz lacrymogène et des canons à eau. La réunion publique a ensuite été annulée et Selahattin Demirtas, le chef de file du HDP, a appelé ses partisans au calme.

"Ils (nos adversaires) veulent créer la panique et le chaos. J'invite l'ensemble de la population de Diyarbakir à rester calme (...) la paix l'emportera", a-t-il lancé dans une déclaration relayée sur le compte Twitter de son parti.

Une campagne électorale émaillée de nombreuses violences

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé qu'il s'agissait d'une "provocation" destinée à troubler la paix et l'ordre avant les élections législatives, qui doivent se tenir dimanche 7 juin. Dans un communiqué, il exprime sa tristesse et ses condoléances aux familles des victimes et annonce qu'une enquête a été ouverte.

Les explosions, survenues dans la capitale du sud-est en majorité kurde de la Turquie, interviennent au terme d'une campagne électorale émaillée de nombreuses violences qui ont pour l'essentiel visé le HDP.

>> À voir sur France 24 : "Avenir 'incertain' pour Erdogan"

Mercredi soir, le chauffeur d'un car portant les couleurs du parti a été tué à Bingol (est) par des tirs d'origine inconnue. Le mois dernier, deux explosions s'étaient produites aux quartiers généraux du HDP à Adana et à Mersin (sud), faisant plusieurs blessés.

Le score qu'obtiendra dimanche le HDP fait l'objet de toutes les attentions. S'il franchit la barre des 10 % des voix, requise pour entrer au Parlement, il devrait obtenir une cinquantaine de sièges de députés et pourrait ainsi priver le parti du président Recep Tayyip Erdogan des 330 députés nécessaires pour faire passer une révision constitutionnelle qui lui permettrait de renforcer ses pouvoirs.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.