RUSSIE

Vladimir Poutine annonce le renforcement de son arsenal nucléaire d'ici fin 2015

Le président russe Vladimir Poutine lors de son discours d'ouverture du salon mitaire "Armée-2015", à Kubinka, le 16 juin 2015.
Le président russe Vladimir Poutine lors de son discours d'ouverture du salon mitaire "Armée-2015", à Kubinka, le 16 juin 2015. Vasily Maximov, AFP

Au lendemain des révélations sur un projet américain de déploiement d'armes lourdes en Europe de l'Est, la Russie a annoncé un renforcement de son arsenal nucléaire avec le déploiement de 40 missiles intercontinentaux d'ici fin 2015.

Publicité

Vladimir Poutine a affirmé, mardi 16 juin, que la Russie serait contrainte de faire usage de ses armes contre tout pays qui menacerait sa sécurité et a exprimé son inquiétude, au lendemain de l'annonce du projet américain de déploiement d'armes lourdes en Europe de l'Est.

"Si quelqu'un place sous la menace certains de nos territoires, nous devons pointer nos forces armées et notre force de frappe vers les territoires d'où vient la menace", a indiqué le président russe lors d'une rencontre près de Moscou avec son homologue finlandais, Sauli Niinisto. C'est l'Otan qui arrive à nos frontières et non pas nous qui allons quelque part."

L’homme fort du Kremlin a toutefois souligné qu'il fallait relativiser les activités de l'Otan. "Il ne faut rien exagérer", a-t-il dit. "Bien sûr, nous allons analyser tout cela de près, mais pour l'instant je ne vois rien de particulièrement alarmant". Et d’ajouter : "Ce sont plutôt des signaux politiques qui sont adressés à la Russie et à ses alliés".

Plus tôt dans la journée, Vladimir Poutine avait fait savoir que son pays renforcera son arsenal nucléaire. "Plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux capables de déjouer les systèmes de défense antimissile les plus sophistiqués seront ajoutés cette année à l’arsenal nucléaire", a déclaré le président russe lors du salon militaire "Armée-2015".

>> À lire sur France 24 : "Un geste politique plutôt que militaire"

Moscou avait déjà vivement réagi lundi après l’annonce du projet américain par le New York Times, affirmant qu’il s’agirait de "la mesure la plus agressive du Pentagone et de l'Otan" depuis la guerre froide. "La Russie n'aura pas d'autre choix que d'accroître ses effectifs et ses forces sur son flanc ouest", avait prévenu le général Yuri Yakubov. Cité par l’agence de presse RIA, le vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, a, mardi, accusé l’Otan de chercher à entraîner Moscou dans une nouvelle course aux armements.

Si le projet du ministère de la Défense américain était validé par la Maison Blanche, pour la première fois, l'armée américaine disposerait en permanence d'armes lourdes dans des pays qui ont rejoint l'Otan mais appartenaient autrefois à l'URSS ou à sa sphère d'influence.

Avec Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24