Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

EUROPE

Frank Samson, le sosie officiel de Napoléon, va "abdiquer"

© John Thys, AFP | Frank Samson, en Napoléon, lors de la reconstitution de la bataille de Ligny, le 14 juin 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2015

De la robe d’avocat au costume d’Empereur, il n’y a qu’un pas pour Frank Samson. Ce Français de 47 ans incarnera Napoléon lors de la gigantesque reconstitution de la bataille de Waterloo, jeudi en Belgique. L’apogée d’une carrière de sosie.

À 47 ans, Frank Samson s’apprête à rendre son costume de Napoléon. Cet avocat réputé du barreau de Paris, spécialiste du droit routier et passionné d’histoire, incarnera, jeudi 18 juin pour la dernière fois, le célèbre empereur lors de la reconstitution de la bataille de Waterloo, dans la plaine bruxelloise.

"Je suis très maniaque. Je veux que tout soit parfaitement conforme. Nous sommes sur le bicentenaire de son abdication, eh bien, comme lui, je vais abdiquer", argumente-t-il, depuis son cabinet du 16e arrondissement parisien, à Francetvinfo.

Depuis 10 ans, Frank Samson incarne ce héros légendaire à la perfection : même bicorne tantôt vissé sur sa tête, mêmes tics, même embonpoint. "J’ai la fameuse petite fossette, le nez bien droit, les yeux gris de la bonne couleur. Et je fais 90 kilos, au désespoir de l’impératrice", détaille Frank Samson. Seul défaut physique pour ce maniaque du détail : "Je suis beaucoup trop grand : j'ai deux centimètres de trop".

>> À lire sur France 24 : "Bicentenaire de Waterloo : la France aux abonnés absents"

Dans le cadre de son activité de sosie, Frank Samson a appris à monter à cheval et à parler corse. Un souci méticuleux de la ressemblance qui a fait la différence avec ses concurrents – le Belge Jean-Gérald Larcin et l’Américain Mark Schneider – et lui a permis de décrocher le premier rôle lors de la reconstitution du carnage de Waterloo. Cette reconstitution historique de la défaite de Napoléon est d'une ampleur sans précédent : 6 000 figurants, 300 chevaux, 100 canons, et quelque 200 000 spectateurs. Le tout organisé sur une surface de 40 hectares.

Empereur à la scène comme à la ville ?

Fan du charismatique chef de guerre depuis qu’il est enfant, Frank Samson endosse officiellement le costume napoléonien en 2004, profitant alors du départ de son prédécesseur, le Corse Armand Frascuratti, pour des raisons de santé. Depuis, il vit sa passion en famille : sa femme joue le rôle de Joséphine et ses deux fils, Victor et Octave, campent respectivement un carabinier et un page.

Dans la vraie vie, Franck Samson s’est fait constituer un empire. Depuis 20 ans, il règne sur "l’Empire de la Basse-Chesnaie", une micronation de plus d’un hectare fondée à Saint-Thual (Ille-et-Vilaine), le petit village breton où il réside. L’avocat y a instauré une monnaie - le franc chesnois - installé un trône et hissé un drapeau frappé de l’initiale de son prénom. Il a également formé un gouvernement loufoque composé de ses amis. Ses ministres sont ainsi en charge de portefeuilles tels que "garde des Sots" ou "ministre de la Police et de la gestion des emmerdeurs".

"Il faut faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux", estime Franck Samson.

Un terrain de jeu qui lui permettra de rester empereur même après avoir rendu les armes. Après sa future abdication, le Belge Jean-Gérald Larcin, surnommé "la doublure" dans le milieu, devrait prendre sa suite.

Première publication : 18/06/2015

  • HISTOIRE

    Un chapeau de Napoléon vendu 1,8 million d’euros aux enchères

    En savoir plus

  • HISTOIRE

    Bicentenaire de Waterloo : la France aux abonnés absents

    En savoir plus

  • HISTOIRE

    Deux siècles après, Napoléon de retour sur les côtes françaises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)