Accéder au contenu principal

La Hongrie suspend sa participation au programme de l'UE pour les réfugiés

Des migrants marchent près de la frontière séparant la Serbie de la Hongrie, le 23 juin 2015.
Des migrants marchent près de la frontière séparant la Serbie de la Hongrie, le 23 juin 2015. Csaba Segesvari, AFP

La Hongrie a annoncé mardi qu'elle suspendait l'application des règles de l'UE sur le droit d'asile et n'accepterait plus le retour de migrants arrivés sur son sol puis arrêtés dans un autre pays membre. La Commission exige des explications.

PUBLICITÉ

Le gouvernement hongrois a annoncé, mardi 23 juin, qu'il suspendait unilatéralement l'application de règles de l'Union européenne en matière de droit d'asile, en cessant d'accueillir des demandeurs d'asile en provenance d'autres États de l'Union européenne.

Quelques heures plus tard, la Commission européenne a sommé la Hongrie de s'expliquer immédiatement sur ce qui constitue une infraction aux règles communautaires.

Le règlement européen de Dublin contraint en effet les migrants à faire leur demande d'asile dans le premier pays d'entrée lorsqu'ils arrivent sur le territoire de l'Union européenne. S'ils se rendent dans un autre pays de l'Union, ils doivent être renvoyés dans le premier pays d'arrivée.

Système "saturé"

En vertu de cette suspension unilatérale, la Hongrie n'acceptera donc plus le retour de migrants arrivés sur son sol puis arrêtés dans un autre pays membre. "Le système hongrois d'asile est saturé, le plus saturé de tous les pays membres de l'UE affectés par l'immigration illégale", a déclaré un porte-parole du gouvernement de Viktor Orban.

Selon le gouvernement hongrois, plus de 60 000 immigrants ont franchi illégalement les frontières du pays depuis le début de l'année.

"La Hongrie a épuisé les capacités à sa disposition. La situation requiert une action rapide, poursuit le communiqué du gouvernement. Dans cette situation, la Hongrie doit prendre une initiative avant des décisions de l'UE."

Les chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Huit, qui se réunissent jeudi et vendredi à Bruxelles, se pencheront, entre autres dossiers, sur le projet de la Commission de répartition des 40 000 demandeurs d'asile syriens et érythréens arrivés en Italie et en Grèce.

Avec Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.