Accéder au contenu principal

Eurotunnel : reprise du trafic après une action coup de poing des salariés MyFerryLink

Quelque 120 manifestants ont forcé avec une camionnette une entrée à l'arrière du site d'Eutotunnel.
Quelque 120 manifestants ont forcé avec une camionnette une entrée à l'arrière du site d'Eutotunnel. Philippe Huguen, AFP

Le trafic du port de Calais et des navettes Eurotunnel a repris mercredi. Il avait été interrompu la veille par un vaste mouvement de grève lancé par des centaines de marins de MyFerryLink redoutant des suppressions d'emplois.

Publicité

Le trafic Eurostar a repris, mercredi 24 juin, au lendemain d’une journée de chaos au port de Calais. Des actions coup de poing menées par des centaines de marins grévistes de MyFerryLink ont suspendu, mardi après-midi, le trafic du terminal Eurotunnel de Coquelles, près de Calais. Les événements ont entraîné tout au long de la journée d'importants bouchons sur l'autoroute A16 et les voies d'accès.

Les employés de MyFerryLink protestaient contre la vente par Eurotunnel de deux de leurs trois bateaux au concurrent danois DFDS Seaways, qui leur fait redouter le licenciement de près de 500 d'entre eux sur un total de 600.

Quelque 120 manifestants ont forcé avec une camionnette une entrée à l'arrière du site d'Eutotunnel et mis le feu à des palettes et à des pneus, bloquant la totalité du trafic ferroviaire vers 16 h. Ils "ont endommagé des sections de voie qui sont utilisées pour rentrer dans le tunnel sous la Manche, une de ces portions est utilisée uniquement par les trains Eurostar, qui est toujours en réparation", a expliqué une porte-parole de la compagnie.

À l'aide de bombes lacrymogènes, à mi-chemin entre la sortie du tunnel et la gare Eurostar de Fréthun, la cinquantaine de CRS mobilisés a ensuite dispersé quelque 200 manifestants, surveillés par un hélicoptère de la gendarmerie, a constaté l'AFP.

Le gouvernement français a demandé, de son côté, à Eurotunnel de "travailler à une meilleure solution" pour l'emploi des salariés de MyFerryLink. Eurotunnel doit "revoir son projet et […] travailler à une meilleure solution du point de vue de l'emploi" pour permettre "la reprise de davantage de salariés", selon un communiqué du secrétariat d'État aux Transports et du ministère de l'Écologie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.