Accéder au contenu principal
ATTAQUE EN ISÈRE

Rien n'indique que l'auteur présumé de l'attaque en Isère disposait d'un complice

Des pompiers et des membres de la police travaillent sur le site de l'entreprise Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier, où a eu lieu l'attentat.
Des pompiers et des membres de la police travaillent sur le site de l'entreprise Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier, où a eu lieu l'attentat. Aurore Le Jeune, Ministère de l'Intérieur, AFP
|
Vidéo par : FRANCE 2
3 mn

Un attentat a été commis vendredi dans une usine à Saint-Quentin-Fallavier, dans le sud-est de la France. Au moins une personne a été tuée et deux autres blessées. L'individu suspecté d'avoir commis cet attentat a été arrêté et identifié.

Publicité

Un attentat terroriste a été mené, vendredi 26 juin peu avant 10 heures, dans l'usine de gaz industriels Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. Un véhicule conduit a percuté à vive allure des bombonnes de gaz dans l'usine et provoqué une explosion. Le premier bilan fait état d'un mort et de deux blessés. Aucune revendication n’a été faite pour l’instant.

• La tête d'un homme décapité portant des inscriptions en arabe a été retrouvée sur place, accrochée au grillage de l'enceinte. La victime était un chef d'entreprise de la banlieue de Lyon, employeur de l'auteur présumé des attaques, selon des sources proches de l'enquête.

• "L'attaque est de nature terroriste", a indiqué François Hollande, en marge d’un sommet à Bruxelles. Le chef d’État a tenu un Conseil de défense à l'Élysée avec Jean-Yves Le Drian, Laurent Fabius, Christiane Taubira, Bernard Cazeneuve (téléphone) et Manuel Valls (vidéoconférence) .

• L'auteur présumé de l'attaque, connu des services de renseignement, a été maîtrisé par les pompiers et interpellé ensuite par les gendarmes. Il a pu être identifier par les employés de l'usine qui le connassait. Trois autres personnes ont été placées en garde à vue. 

• Le parquet antiterroriste de Paris s'est saisi de l'enquête. En fin de journée, le procureur de la République François Molins a indiqué qu'aucun élément ne permettait d'affirmer que l'auteur présumé disposait d'un complice. 

• Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a jugé que la France faisait face à un risque terroriste "extrêmement élevé". "Nous ne sommes plus face à des groupes terroristes qui venaient de l'extérieur et repartaient", a expliqué le ministre vendredi soir sur TF1.

• François Hollande a annoncé que le plan Vigipirate était porté à son niveau maximum dans la région Rhône-Alpes pour trois jours.

Pour revivre la journée de vendredi, consultez notre liveblog ci-dessous.


 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.