Accéder au contenu principal

Le couple franco-allemand attend des "propositions sérieuses et crédibles" d'Athènes

La garde présidentielle marche devant le Parlement grec d'Athènes, le 8 juin 2015.
La garde présidentielle marche devant le Parlement grec d'Athènes, le 8 juin 2015. Bertrand Guay, AFP

Après la victoire du "non" au référendum grec, la chancelière allemande et le président Hollande se sont retrouvés à l'Élysée, lundi soir. Ils ont tous deux souligné "l'urgence" de trouver une solution à la crise grecque.

Publicité

La journée a été chargée en Grèce et en Europe au lendemain d'une large victoire du "non" au référendum grec sur les propositions des créanciers "argent frais contre nouvelles réformes".

Sur le plan de la politique intérieure, Athènes a nommé Euclide Tsakalotos au poste de ministre des Finances, après la démission surprise du très médiatique - et turbulent - Yanis Varoufakis. Le nouvel argentier d'Athènes a prêté serment lundi soir.

>> À lire sur France 24 : "Le Who's who de la tragédie grecque"

Sur le plan européen, François Hollande et Angela Merkel se sont retrouvés, lundi, à l’Élysée. Ils ont tous deux souligné l’urgence de la situation sans faire d’annonce majeure. "La porte est ouverte aux discussions et il revient maintenant au gouvernement d'Athènes de faire des propositions sérieuses, crédibles pour que cette volonté de rester dans la zone euro puisse se traduire, avec un programme qui donne de la durée", a déclaré le président français.

"Il n'y a plus beaucoup de temps, il y a urgence, urgence pour la Grèce et urgence pour l'Europe", a-t-il ajouté.

Angela Merkel de son côté a indiqué une reprise des négociations avec Athènes était possible à condition que les propositions grecques soient acceptables. "Nous avons déjà fait preuve de beaucoup de solidarité", a précisé la chancelière.

Dans la soirée, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de maintenir ses prêts d'urgence aux banques grecques à leur niveau actuel. Une décision qui soulage Athènes. Si l’institution financière européenne avait décidé de couper complètement l’aide aux établissements grecs, l’hypothèse d'un “grexit” aurait pu prendre corps.

Revivez les événements de la journée depuis vos smartphones et tablettes en cliquant ici.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.