Accéder au contenu principal

Au moins 44 morts dans deux explosions dans le centre du Nigeria

Le village de Maiduguri avait déjà été la cible d'une attaque, samedi 4 juillet 2015, dans le nord-est du Nigeria.
Le village de Maiduguri avait déjà été la cible d'une attaque, samedi 4 juillet 2015, dans le nord-est du Nigeria. AFP

Deux nouvelles attaques sanglantes ont frappé le Nigeria, dimanche, à Jos, faisant au moins 44 morts et des dizaines de blessés près d'un centre commercial et d'une mosquée dans une zone située entre le Sud chrétien et le Nord musulman.

PUBLICITÉ

Au moins 44 personnes ont été tuées, dimanche, par deux explosions près d'un centre commercial et d'une mosquée à Jos, dans le centre du Nigeria, a affirmé, lundi 6 juillet, la principale organisation nigériane de secours.

"Pour le moment, nous avons 44 morts et 47 blessés en provenance des deux sites des explosions", a assuré Mohammed Abdulsalam, de l'Agence nationale de gestion d'urgence (Nema).

>> À lire sur France 24 : "Près de 200 personnes tuées par Boko Haram en 48 heures"

Le porte-parole de la police de l’État de Plateau (centre) dont Jos est la capitale, Emmanuel Abuh, avait auparavant donné un bilan de 18 morts, sans préciser les circonstances des explosions.

La première détonation s'est produite dimanche à 21 h 14 (20 h 14 GMT) dans un centre commercial situé près d'un arrêt de bus et de l'université de Jos. La seconde a eu lieu quatre minutes plus tard, près d'une mosquée très fréquentée.

Près de 500 morts dans le nord du Nigeria en un mois

Les deux attentats, qui n’ont pas été revendiqués, surviennent après une demi-douzaine d'attaques sanglantes depuis mercredi dans le nord-est du pays, attribuées au groupe islamiste Boko Haram.

Jos, capitale de l'État de Plateau en proie à de profondes divisions religieuses, est régulièrement la cible d'attaques de la secte islamiste.

Situé en plein sur la frontière entre le Sud nigérian majoritairement chrétien et le Nord musulman, le Plateau a connu des vagues de violences durant la dernière décennie qui ont fait des milliers de morts.

Boko Haram n'a cessé d'intensifier ses attaques dans le nord du Nigeria depuis l'entrée en fonction du nouveau président Muhammadu Buhari le 29 mai. Depuis cette date, près de 500 personnes ont péri dans des violences, dans des fusillades, des explosions et des attentats-suicides, selon un décompte de l'AFP.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.