Accéder au contenu principal

Kenya : au moins 14 morts lors d'une attaque dans un village frontalier de la Somalie

La ville de Mandera avait été le théatre d'une attaque similaire, le 2 décembre 2014.
La ville de Mandera avait été le théatre d'une attaque similaire, le 2 décembre 2014. Stringer, AFP (Archives)

Des hommes ont ouvert le feu, mardi, dans un village du nord-est kényan où au moins 14 personnes ont été tuées. L'attaque n'a pas été revendiquée mais, ces dernières semaines, les Shebab somaliens ont multiplié les assauts dans la région.

Publicité

Au moins 14 personnes ont été tuées et 11 blessées, mardi 7 juillet, lors d’une attaque menée par des hommes armés dans un village du nord du Kenya proche de la frontière avec la Somalie, ont annoncé la police et la Croix-Rouge.

"L'attaque a eu lieu dans un village proche d'un grand marché aux bestiaux près [de Mandera]. Quatorze personnes sont mortes", a déclaré un responsable de la police. "Nous savons qu'il s'agissait d'ouvriers. Ils dormaient lorsqu'ils ont été attaqués aux premières heures de la journée", a précisé Abbas Gullet, secrétaire général de la Croix-Rouge kényane, à la chaîne Citizen Television.

Selon l’organisation humanitaire, les assaillants ont attaqué dans les premières heures. Un avion médicalisé de la Croix-Rouge était en route pour transporter à Nairobi certains blessés qui sont dans un état critique. L'organisation a déclaré avoir conduit 11 blessés à l'hôpital.

Le Kenya de plus en plus ciblé

Personne n'a revendiqué l'attaque, mais les Shebab somaliens ont lancé une série d'attaques dans la région ces derniers temps. À la tête d'une insurrection armée depuis 2007, ces islamistes affilés à Al-Qaïda ont juré la perte des fragiles autorités somaliennes portées à bout de bras par les pays occidentaux et appuyées militairement par les 22 000 hommes de la Force africaine en Somalie (Amisom).

>> À voir sur France 24 : "La terreur shebab"

Les Shebab visent de plus en plus le Kenya, notamment depuis le début du mois du ramadan. En avril, ils avaient tué 148 personnes, en grande majorité des étudiants, à l'université kenyane de Garissa. En 2013, 67 personnes avaient péri lors d'une attaque dans le centre commercial Westgate de Nairobi.

Ces dernières années, les insurgés islamistes ont été chassés de la plupart de leurs bastions du centre et du sud somaliens, mais continuent de contrôler de vastes zones rurales et multiplient les opérations de guérilla contre les institutions somaliennes et l'Amisom.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.