Accéder au contenu principal
Dans la presse

Grexit : "En finir, vite !"

Capture d'écran France 24

Dans cette revue de presse française, retrouvez toutes les analyses à quelques heures d'un sommet crucial pour l'avenir de la Grèce et de la zone euro. L'enjeu : la sortie d'un pays de la monnaie unique. Une situation inédite dans l'histoire de la construction européenne et qui suscite de vives inquiétudes. Des journaux partagés entre en "finir vite" et "réduire la dette grecque" au prix de nouvelles dissensions en Europe...

Publicité

La presse française commente très largement le sommet européen de mardi soir consacré à l’avenir de la Grèce. Pour la presse de droite, la Grèce doit prendre la porte de la zone euro. "Le Figaro" invite même dans son édito les partenaires européens à en "finir vite" car ils sont devant un choix qu’ils ne peuvent plus reporter : "sauver la Grèce ou sauver l’euro".

Si le Grexit comporte des risques, c’est plutôt une bonne nouvelle poursuit "L'Opinion". "Les Grecs vont enfin être confrontés à leurs propres responsabilités et renoncer à accuser les créanciers, dans le déni absolu de leurs gabegies passées". Pour "les Échos", il existe encore "une ultime chance" avant la sortie de l’euro. Elle suppose pour "Libération" de créer un "précédent" et d’accepter la réduction de la dette grecque. En effet, pour Laurent Joffrin, un tel scénario s’impose car pour la rembourser, "la Grèce devrait y consacrer l’essentiel de ses forces pendant des décennies obérant sa croissance et condamnant les jeunes générations à un avenir de misère". Alléger la dette, un préalable nécessaire à un accord car "si rien ne se passe", prédit à son tour "La Croix", "à l’arrivée, il n’y aura que des perdants". La zone euro perdra de sa crédibilité mais aussi beaucoup d’argent du fait du non remboursement des sommes prêtées à la Grèce.

La presse commente aussi le rôle du couple franco-allemand dans la gestion du dossier. François Hollande et Angela Merkel tentent de "faire front commun" titre "le Figaro". Une mise à l’épreuve pour "le Parisien" qui estime que le couple franco-allemand connaîtra "son heure de vérité dans les prochains jours". Ni l’un ni l’autre, observe "les Échos" ne souhaite endosser seul la responsabilité politique d’une sortie de la Grèce de la zone euro : "l’Histoire les jugera très durement […] dans 20 ans, on ne retiendra que ça du mandat d’Angela Merkel". Mais pour Matteo Renzi, le président du Conseil italien "le couple franco-allemand est dépassé" titre "l’Opinion". Selon lui, il faut impliquer les institutions et les leaders de l’Union notamment les leaders du Sud.

Dans cette gestion du dossier grec, la France est appelée à la rescousse de la Grèce dans les pages de "l’Humanité". Pour le journal communiste : "La France doit défendre l’exigence de justice des Grecs". Selon l’édito de Patrick Apel Muller, "la France doit se mouiller" car François Hollande ne peut plus se réduire au rôle d’aide de camp de la chancelière. Il doit peser de tout son poids pour qu’une solution garantissant le caractère soutenable de la dette l’emporte. Le chef de l’État, juge ce journal, devra en répondre devant l’opinion. En France, elle est de plus en plus opposée à l’austérité. Selon un sondage Odoxa publié dans "le Parisien", les trois quarts des Français de droite comme de gauche estiment qu’il y a d’autres solutions que la potion de l’austérité pour sortir de la crise…

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.