Accéder au contenu principal
Dans la presse

"La forêt iranienne cachée derrière l’arbre grec"

France24

Au menu de cette revue de presse internationale, cet énième ultimatum de l'Europe à la Grèce qui suscite l'incompréhension de l'opinion allemande. Mais aussi ce nouveau délai pour un accord sur le nucléaire iranien au cœur de la nouvelle stratégie américaine au Proche-Orient ou encore le sort de ces deux jeunes Marocaines jugées pour avoir porté des jupes "trop courtes"...

Publicité

La presse internationale revient sur la suite du feuilleton grec avec le "Wall Street Journal" qui titre en couverture sur cet ultimatum. "Le temps presse pour la Grèce", selon le quotidien américain. Un nouveau délai accordé à Athènes par Angela Merkel que l’on ne comprend pas en Allemagne. Le "Tagerspiegel" qui reprend la une du "Bild" titre sur l’incompréhension des Allemands. Plus gros préteurs de la Grèce, ils ont apporté 27 % du total de l’aide, soit 56 milliards d’euros. Pour eux, comme pour la majorité des parlementaires du Bundestag, la Grèce doit rembourser.

Selon l’"Australian", ces nouvelles concessions reflètent l’état d’esprit d’Angela Merkel. La chancelière craint pour ce que l’Histoire retiendra de son leadership. Selon ce quotidien australien, elle ne veut pas être celle qui a fait reculer la construction européenne. Mais en Allemagne, beaucoup prédisent déjà que l’Histoire retiendra que c’est sa gestion désastreuse du dossier qui pourrait bien faire perdre beaucoup d’argent à son pays…

En imposant cinq ans d’austérité à la Grèce, "Merkel a créé Tsipras", renchérit le "Guardian". Pour ce journal britannique, les destins de ces deux leaders politiques que tout oppose sont désormais inextricablement liés. Si Angela Merkel veut sauver l’Europe, elle ne saurait le faire sans la Grèce, sans Alexis Tsipras.

Derrière les tractations avec la Grèce qui occupent le devant de la scène médiatique, il y a un dossier bien plus  "important pour les équilibres du monde", estime "Libération". Ce dossier, c’est le nucléaire iranien. "C’est la forêt iranienne cachée derrière l’arbre grec", titre le journal français. L’Iran apparaît aujourd’hui comme un partenaire clé dans ce qu’Obama considère être sa priorité : "La guerre contre les terroristes de l’organisation État islamique".

Une analyse partagée par le "Wall Street Journal". Les 18 derniers mois de la présidence de Barack Obama seront résolument tournés vers le Moyen-Orient, vers l’Irak, le Yémen et la Syrie. Cet accord en discussion avec l’Iran est au cœur de cette stratégie.

Mais rien ne semble gagné d’avance pour les États-Unis. Interviewée par le journal "Le Monde", la vice-présidente d’Iran au cœur des négociations estime  "que nos relations avec les États-Unis ne deviendront pas amicales". Il existe, dit-elle, une longue histoire de différends : "L’aventurisme des États-Unis en Afghanistan et en Irak, leur tentative d’accroître les conflits entre chiites et sunnites et leur soutien sans faille au régime sioniste ne peuvent pas être oubliés en une seule nuit".

La presse internationale s’intéresse aussi au procès de ces deux jeunes Marocaines jugées pour outrage à la pudeur. Ce procès pour leur tenue trop légère a suscité une vague d’indignation dans le royaume. La presse marocaine se fait notamment l’écho d’appels à la tolérance et au respect des libertés individuelles …

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.