Accéder au contenu principal

Le pape François demande la fin du "génocide" des chrétiens d'Orient

La pape François qui s'exprime lors de la Rencontre mondiale des Mouvements populaires à Santa Cruz, en Bolivie, le 10 juillet 2015.
La pape François qui s'exprime lors de la Rencontre mondiale des Mouvements populaires à Santa Cruz, en Bolivie, le 10 juillet 2015. Cris Bouroncle, AFP

Le pape François, en visite en Bolivie, a dénoncé le "génocide" des chrétiens du Moyen-Orient évoquant, pour la seconde fois, une "troisième guerre mondiale par morceau".

Publicité

Une nouvelle fois, le souverain pontife tire la sonnette d'alarme. Au cinquième jour de sa tournée en Amérique du Sud qui doit se conclure ce vendredi, le pape François a plaidé pour la fin du "génocide" contre les chrétiens au Moyen-Orient. "Aujourd'hui, nous voyons avec horreur comment, au Moyen-Orient et ailleurs, sont persécutés, torturés, beaucoup de frères chrétiens", a déclaré le pape lors d'une Rencontre mondiale des Mouvements populaires à Santa Cruz, capitale économique de la Bolivie.

>> À revoir sur France 24 : "Chrétiens d'Orient : un génocide?"

"Cela aussi nous devons le dénoncer : dans cette troisième guerre mondiale par morceaux que nous vivons, il y a une espèce de génocide en marche qui doit cesser", a déclaré le premier pape jésuite et latino-américain de l'Histoire. Ce n'est pas la première fois que le pape se réfère en termes aussi forts à la situation des chrétiens au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Syrie, victimes de persécutions du fait de la progression des jihadistes du groupe État islamique (EI).

Plus de 4 300 chrétiens tués en 2014

En septembre 2014, il avait pour la première fois évoqué une "troisième guerre mondiale". Il avait notamment déploré la violence anarchique que vivait le monde et avait fait référence à une "troisième guerre mondiale par morceaux". Lors de son message de Pâques, le souverain pontife avait également dénoncé la "furie jihadiste" et le "silence complice" de la communauté internationale. 

Au Vatican, on s'irrite du fait que la multiplication des persécutions de chrétiens, par des individus ou des groupes islamistes, ne soit pas plus dénoncée, y compris par les autorités occidentales et musulmanes. Récemment, le pape François reprochait à la communauté internationale de "vouloir cacher" les persécutions contre les chrétiens. En 2014, 4 334 chrétiens de toutes confessions (catholiques, protestants, anglicans, orthodoxes) ont été tués, dont 2 484 au Nigeria, 2 484 en Centrafrique, 271 en Syrie, 119 au Kenya et 87 en Irak, selon son rapport annuel World Watch Monitor.

Avec AFP 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.