Accéder au contenu principal

Un chef jihadiste lié à Aqmi abattu par la police tunisienne

Archives, AFP

La police tunisienne a tué vendredi l'un des jihadistes les plus recherchés de pays. Mourad Gharsalli, un Tunisien de 32 ans, était l'un des dirigeants de la Phalange Okba Ibn Nafaa, une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Publicité

Mourad Gharsalli, l'un des jihadistes les plus recherchés en Tunisie a été abattu vendredi 10 juillet par la police, a indiqué samedi le porte-parole de la présidence de la République.

>> À lire sur France 24 : "Face au terrorisme, la Tunisie entame un virage sécuritaire délicat"

"Le rapport de l'analyse de l'ADN vient juste de confirmer que Mourad Gharsalli a été abattu hier (vendredi)", a publié Moez Sinaoui, le porte-parole de Béji Caïd Essebsi, sur son compte Twitter.

Le ministère de l'Intérieur avait indiqué vendredi que lors d'une opération menée par les forces de l'ordre, cinq éléments extrémistes avaient été tués à Jebel Orbata.

Responsable de l’attentat du Bardo

Mourad Gharsalli, un Tunisien de 32 ans, était l'un des dirigeants de la Phalange Okba Ibn Nafaa, principal groupe armé tunisien, une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a revendiqué nombre d'attaques contre les forces armées tunisiennes dans la zone frontalière entre la Tunisie et l'Algérie depuis fin 2012.

Selon les autorités tunisiennes, ce groupe est également responsable de l'attentat contre le musée du Bardo du 18 mars dernier, qui a tué 21 touristes et un policier, bien que cette attaque ait été revendiquée par l'organisation État islamique (EI).

Depuis la révolution de janvier 2011, la Tunisie fait face à une progression de la mouvance jihadiste responsable de la mort de plusieurs dizaines de policiers, militaires ainsi que de touristes.
 

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.