Accéder au contenu principal

Mexico offre 3,8 millions de dollars pour la capture du baron de la drogue "El Chapo"

La procureure Arely Gomez montre un portrait de Joaquin "El Chapo" Guzman sans moustache et le crâne rasé.
La procureure Arely Gomez montre un portrait de Joaquin "El Chapo" Guzman sans moustache et le crâne rasé. Yuri Cortez, AFP

Près de 48 heures après sa spectaculaire évasion, Joaquin "El Chapo" Guzman, le plus célèbre narcotrafiquant mexicain, reste introuvable. Le gouvernement de Mexico s’est engagé à offrir 3,8 millions de dollars pour sa capture.

PUBLICITÉ

C’est le double de ce qui est habituellement offert par les autorités mexicaines. Le gouvernement s’est engagé à offrir une récompense de 3,8 millions de dollars (3,4 millions d'euros) à quiconque aiderait à la capture de Joaquin "El Chapo" Guzman, le baron de la drogue qui s'est échappé, samedi 11 juillet, de la prison de haute sécurité d'Altiplano.

Pour aider les recherches, une photo récente du narcotrafiquant sur laquelle il apparaît sans moustache, les cheveux rasés, a été diffusée. Le ministre mexicain de l'Intérieur, Miguel Angel Osorio Chong, a promis de communiquer également les images de vidéo-surveillance sur lesquelles apparaît le criminel juste avant son évasion.

Contre-la-montre

Plus de 48 heures après sa spectaculaire évasion, celui que l’on considère comme l’un des narcotrafiquants les plus puissants au monde reste introuvable. La vaste chasse à l'homme lancée dès sa disparition prend des allures de contre-la-montre pour les autorités mexicaines. "S'il n'est pas capturé dans les 48 heures, il va pouvoir reprendre le contrôle total du cartel de Sinaloa" indiquait dimanche à l'AFP Mike Vigil, ancien chef des opérations internationales au sein de l'agence anti-drogue américaine (DEA).

Le soutien d'Interpol a été demandé afin d'élargir la recherche à plus d'une centaine de pays. Mais, selon l'expert, le fugitif pourrait tenter de se cacher dans les montagnes de l'État de Sinaloa, sa région natale, où il bénéficie "de la protection des villageois".

Les autorités américaines se sont dites "profondément préoccupées" par l'évasion de ce criminel qui contrôlait plus de 75 % du trafic de drogue vers leur pays avant son arrestation. Elles considèrent sa capture comme une "priorité", a affirmé, lundi, le porte-parole du département d'État.

De nouveau en liberté, "El Chapo", diminutif de "chaparro" ("courtaud"), allusion à sa taille de 1,64 mètre, pourrait en effet rapidement rétablir l'hégémonie de son cartel, aidé en cela par la chute de plusieurs autres chefs criminels durant son incarcération, estiment les spécialistes. "'El Chapo' est un conquérant, il veut contrôler tout le Mexique en matière de trafic de drogue" selon Mike Vigil. Son retour aux affaires pourrait ainsi se traduire par une recrudescence des violences entre les groupes criminels sur tout le territoire.

Un compte Twitter au nom de Guzman

Depuis son évasion, un compte à son nom est apparu sur Twitter. L’un des messages publiés menace nommément Donald Trump, l’extravagant millionnaire américain et candidat à l’investiture républicaine qui avait assuré, lui aussi sur Twitter, qu’il "botterait le cul" de Guzman. Sur le même compte, dont il est pour l’heure impossible de vérifier l’authenticité, le présumé "El Chapo" se vante de son évasion et interpelle le président mexicain, Enrique Pena Nieto.

Au-delà des recherches, les enquêteurs mexicains cherchent à déterminer le niveau de complicité dont le fugitif a pu bénéficier au sein du centre pénitentiaire. Trois responsables de haut niveau de cette prison, située à 90 kilomètres de Mexico, ont été limogés et une trentaine d'employés sont actuellement interrogés, a indiqué le ministre de l’Intérieur.

Le leader du cartel de Sinaloa était surveillé 24 heures sur 24 à l'aide de caméras, mais "par respect pour son intimité", il existait dans sa cellule des "angles morts" dont il a profité. La prison était équipée de 750 caméras et répondait aux normes internationales, selon le ministre. "El Chapo" portait également un bracelet électronique qu'il a coupé avant de disparaître dans un tunnel.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.