Accéder au contenu principal

Arabie saoudite : plus de 400 arrestations liées à l'organisation de l'État islamique

Des membres des forces spéciales saoudiennes participent à des exercices "anti-terroristes" le 18 mars 2015, près d'Arar.
Des membres des forces spéciales saoudiennes participent à des exercices "anti-terroristes" le 18 mars 2015, près d'Arar. Fayez Nureldine, AFP

Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé, samedi, avoir procédé à l'arrestation de 431 membres présumés de l'organisation État islamique, en majorité des Saoudiens, et d'avoir contrecarré des projets d'attentat dans le pays.

PUBLICITÉ

Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé, samedi 18 juillet, le démantèlement d'une organisation liée au groupe État islamique (EI), et l'arrestation de 431 de ses membres présumés, en majorité des Saoudiens.

Les autorités ont "réussi à détruire ces dernières semaines une organisation composée de petites cellules, et qui est liée au groupe terroriste Daech", acronyme arabe de l'EI, a indiqué le ministère dans un communiqué, deux jours après un attentat à la voiture piégée à Riyad, revendiqué par l'EI.

Les précisions de notre correspondante

"Le nombre d'arrestations s'élève à 431, pour la plupart des citoyens [saoudiens], ainsi que des ressortissants d'autres nationalités... six opérations suicides successives qui visaient des mosquées dans la province orientale chaque vendredi associées à l'assassinat de membres des forces de sécurité ont été contrecarrées", ajoute le communiqué.

Plus en détail, parmi les 431 suspects figurent 144 personnes accusées de soutenir le réseau en "propageant l'idéologie déviante sur Internet et recrutant de nouveaux membres", 97 personnes impliquées dans des attaques contre des mosquées chiites dans l'est du royaume, et 190 individus soupçonnés de planifier de nouveaux attentats contre les forces de sécurité.

Les membres du réseau opéraient "sur un scénario préparé depuis des zones agitées à l'étranger, dans le but d'attiser une sédition confessionnelle et d'étendre le chaos", a poursuivi le ministère. Le groupe envisageait également de s'en prendre "à l'ambassade des États-Unis à Riyad", a précisé Clarence Rodriguez, la correspondante de France 24 en Arabie saoudite. 

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.