Accéder au contenu principal

Le champion du monde de Scrabble francophone ne parle pas français

Nigel Richards a remporté les championnats du monde de Scrabble francophone à Louvain, en Belgique, le 20 juillet 2015.
Nigel Richards a remporté les championnats du monde de Scrabble francophone à Louvain, en Belgique, le 20 juillet 2015. @FFScrabble,Twitter

Les championnats du monde de Scrabble francophone ont été remportés lundi par un Néo-Zélandais qui ne parle pas le français. Son secret ? Apprendre en neuf semaines l'intégralité du dictionnaire.

PUBLICITÉ

Le Néo-Zélandais Nigel Richards ne parle pas un mot de français et pourtant il a été sacré lundi 20 juillet nouveau champion du monde de Scrabble francophone, en battant en finale le Gabonais Schélick Ilagou Rekawe.

Vainqueur du titre de champion du monde de Scrabble anglophone en 2007, 2011 et 2013, Nigel Richards n’a pas lésiné sur les moyens pour compléter son palmarès avec ce quatrième titre - francophone cette fois.

Doté d’une mémoire impressionnante, le joueur a appris le dictionnaire français par cœur en à peine neuf semaines, ce qui lui a permis de remporter haut la main ce championnat organisé par la Fédération belge de Scrabble à Louvain, en Belgique dans la catégorie "Scrabble classique" (deux joueurs s’affrontent en vis-à-vis).

"Machine de guerre"

"C'est une machine de guerre. Les mots sont pour lui des combinaisons de lettres", a expliqué Yves Brenez, vice-président de la Fédération belge de Scrabble à Francetvinfo. "J'exagère un peu, mais il connaissait des "scrabbles" [des mots de sept lettres ou plus] que certains ont mis dix ans à connaître", s’est ému l’organisateur de la compétition.

C’est avec des mots tels qu’"anatrope" - adjectif servant à décrire "un ovule végétal généralement renversé" - ou "imbrûlés" que le Néo-Zélandais a battu ses adversaires. Inconnu total dans la sphère francophone, il a supris les autres concurrents, y compris des Suisses et des Français stars de la discipline.

"Lui n’a appris aucune logique de langue, juste une succession de séquences de lettres donnant lieu à des mots. Dans sa tête, c’est binaire : tel tirage peut 'scrabbler', tel tirage ne peut pas. Impressionnant de facilité", commente un blogueur français qui a suivi la compétition.

Face à Nigel Richards figuraient 74 joueurs pour cette catégorie "scrabble classique". Les finalistes néo-zélandais et gabonais sont suivis dans le classement par un Béninois, un Tchadien et un Français. À l'issue du match, la performance de Nigel Richards a été ovationnée par le public.

Cette semaine, Nigel Richards,qui vit habituellement en Malaisie, doit participer à deux nouvelles épreuves du championnat du monde de Scrabble francophone, le "Défi mondial" et l'"Elite Duplicate".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.