Accéder au contenu principal

John Kerry débute une tournée au Moyen-Orient, sans passer par Israël

John Kerry au Sénat américain, le 29 juillet 2015.
John Kerry au Sénat américain, le 29 juillet 2015. Chip Somodevilla, AFP

Le secrétaire d'État John Kerry est arrivé en Égypte, la première étape d'une tournée au Moyen-Orient qui le mènera au Qatar pour rassurer les pays du Golfe après l'accord sur le nucléaire iranien. Il ne fera en revanche pas d'arrêt en Israël.

Publicité

Le secrétaire d'État américain John Kerry a débuté samedi 1er août une nouvelle tournée au Moyen-Orient, d'abord en Égypte pour relancer un partenariat stratégique, puis au Qatar pour rassurer les pays du Golfe inquiets de l'accord passé avec l'Iran sur la question nucléaire.

>> À voir sur France 24 : "Nucléaire iranien : dans les coulisses d'un accord historique"

Le chef de la diplomatie américaine va coprésider dimanche avec son homologue égyptien Sameh Choukri le "dialogue stratégique" entre les deux alliés, aux relations tumultueuses. Ce "dialogue" est le premier depuis 2009. Washington a levé fin mars le gel de son assistance militaire de 1,3 milliard de dollars par an au Caire et a confirmé la livraison cette fin de semaine au Caire de huit avions F-16, sur les 12 chasseurs annoncés en mars par le président Barack Obama. Cet accord s'inscrit dans le cadre de la lutte que mène l'Égypte contre des groupes jihadistes dans le Sinaï.

Au-delà de cette coopération militaire, John Kerry et son adjoint chargé des Droits de l'homme au département d'État, Tom Malinowski, vont aussi faire part à leurs homologues des "inquiétudes" de Washington sur "les questions des droits de l'Homme". La Maison Blanche continue de dénoncer la terrible répression menée par le régime du président Abdel Fattah al-Sissi contre les partisans de son prédécesseur renversé en 2013 et emprisonné, l'islamiste Mohamed Morsi. Un tribunal du Caire devrait d'ailleurs prononcer dimanche son verdict dans le nouveau procès de trois journalistes de la chaîne qatarie Al-Jazira. La condamnation en première instance de ces derniers à des peines de prison allant jusqu'à 10 ans avait provoqué un tollé international, et des condamnations de Washington.

Rassurer les puissances du Golfe

Après cette visite en Égypte, John Kerry se rendra lundi à Doha pour rencontrer les responsables des États membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et tenter d'apaiser leurs craintes suscitées par l'accord sur le nucléaire iranien conclu le 14 juillet à Vienne. Les puissances sunnites du Golfe se méfient en effet des ambitions régionales de la République islamique chiite iranienne. L'Arabie saoudite, rivale de l'Iran, a cependant exprimé officiellement son soutien au texte de Vienne.

En marge de cette réunion d'importance au Qatar, le secrétaire d’État américain s'entretiendra aussi avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, notamment sur la Syrie, selon le département d'État.

Lors de cette tournée, John Kerry ne se déplacera en revanche pas en Israël compte tenu du très net refroidissement des relations entre les deux alliés, en particulier en raison de l'opposition de l'État hébreu à l'accord international avec l'Iran. Le diplomate du département d'État a toutefois vanté "les très larges discussions avec les Israéliens, notamment sur cette question" du nucléaire. Le secrétaire d’État mettra ensuite le cap vers l’Asie pour se rendre dans trois pays : Singapour, puis la Malaisie et le Vietnam.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.