Accéder au contenu principal

Le Front al-Nosra enlève une nouvelle fois des rebelles syriens formés par Washington

Photo d'illustration (archives).
Photo d'illustration (archives). Aamir Qureshi, AFP

Moins d'une semaine après avoir capturé huit rebelles entraînés et équipés par Washington dans le nord-ouest de la Syrie, le Front al-Nosra a une nouvelle fois enlevé cinq d’entre eux, entre lundi et mardi.

PUBLICITÉ

La campagne militaire des rebelles syriens modérés formées par les Américains pour lutter contre l’organisation de l’État islamique (EI) est en train de tourner au fiasco. Moins d'une semaine après avoir capturé huit d’entre eux, dont un chef important, le Front al-Nosra, la branche d'Al-Qaïda en Syrie, a de nouveau enlevé au moins cinq rebelles entraînés et équipés par Washington dans le nord-ouest de la Syrie.

"Le Front al-Nosra a enlevé entre lundi et aujourd'hui au moins cinq rebelles de la Division 30 du village de Qah près de la frontière turque", a indiqué mardi 4 août à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au moins 54 membres de la Division 30 sont entrés en Syrie à la mi-juillet, équipés de 30 véhicules tout-terrain, d'armes et de munitions de fabrication américaine. Cette "unité 30" est formée majoritairement de turcomans ayant été chassés des positions qu'ils détenaient en Syrie.

>> À lire sur France 24 : 'La formation de rebelles syriens par les Américains tourne au ralenti'

Ils sont toutefois considérés par le Front al-Nosra comme des "agents" américains. "L'Amérique a recruté des types de ce qu'on appelle l'opposition modérée (...) qui ont subi des programmes d'entraînement sous les auspices de la CIA. Il y a quelques jours, un groupe appelé la Division 30 est entré en Syrie (...).

"Le Front al-Nosra a arrêté plusieurs d'entre eux", avait indiqué le groupe dans un communiqué publié sur Internet après la capture d'un premier groupe le 29 juillet.

Les États-Unis ont annoncé avoir mené le 31 juillet leur première frappe aérienne pour défendre ce groupe de rebelles. Mi-février, Ankara et Washington étaient tombés d'accord pour former en Turquie des opposants syriens modérés censés se battre contre l'EI. En juillet, le secrétaire américain à la Défense avait annoncé que seulement 60 combattants avaient été entraînés, en Jordanie et en Turquie.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.