Accéder au contenu principal

La Corée du Nord adopte un nouveau fuseau horaire pour se démarquer de Séoul et Tokyo

Commémoration à Pyongyang du 62e anniversaire de la fin des combats en Corée, le 28 juillet 2015.
Commémoration à Pyongyang du 62e anniversaire de la fin des combats en Corée, le 28 juillet 2015. KCNA, AFP

Soucieux de se démarquer de la mesure du temps imposée il y a plus d'un siècle par le Japon, la Corée du Nord a renoué avec son ancien fuseau horaire. Le 15 août prochain, toutes les horloges du pays seront retardées de 30 minutes.

Publicité

La Corée du Nord a officiellement annoncé, vendredi 7 août, l'adoption d'une nouvelle "heure de Pyongyang". Toutes les horloges du pays seront ainsi retardées de 30 minutes afin de se démarquer de la mesure du temps imposée il y a plus d'un siècle par des "cruels impérialistes japonais", indique l’agence officielle KCNA.

À compter du 15 août, il faudra donc ajouter huit heures et demie au temps GMT pour connaître l'heure à Pyongyang. C'était l'heure officielle à l'ère précoloniale, mais le Japon avait imposé son heure standard en 1912.

>> À lire sur France 24 : La Corée du Nord, pays de tous les fantasmes médiatiques

Ce changement d'heure, qui a obtenu mercredi le feu vert du Parlement nord-coréen, marquera le 70e anniversaire de la libération de la péninsule coréenne du règne colonial japonais (1910-1945). "Les cruels impérialistes japonais ont commis tant de crimes impardonnables, allant jusqu'à priver la Corée de son heure standard tout en piétinant ses terres, sans aucune merci", relate KCNA. Le décret parlementaire traduit la "foi inébranlable et la volonté du peuple et de l'armée à l'occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée", ajoute l’agence.

Des "conséquences" sur les relations avec Séoul

Le ministère sud-coréen de l'Unification, qui est chargé des affaires intercoréennes, a estimé que ce changement pouvait compliquer la situation, en particulier dans la zone industrielle intercoréenne de Kaesong, située en territoire nord-coréen. "À plus long terme, il pourrait y avoir des conséquences sur les efforts pour unifier les normes et réduire les différences entre les deux pays", a déclaré un porte-parole.

La Corée du Sud avait elle-même changé d'heure en 1954, également pour marquer sa rupture avec le Japon, avant de revenir en arrière en 1961, après l'arrivée au pouvoir de Park Chung-hee à l'occasion d'un coup d'État militaire. Le nouvel homme fort avait alors expliqué que les deux principaux alliés des États-Unis dans la région, Séoul et Tokyo, se devaient d'être au diapason.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.