Accéder au contenu principal

Migrants en Méditerranée : cinq passeurs présumés détenus en Sicile

Une femme se fait enregistrer par la police italienne dans le port de Pozzallo, le 7 août 2015, à sa sortie d'un bateau de patrouille des gardes-côtes italiens.
Une femme se fait enregistrer par la police italienne dans le port de Pozzallo, le 7 août 2015, à sa sortie d'un bateau de patrouille des gardes-côtes italiens. Giovanni Isolino, AFP

Cinq survivants du naufrage qui a fait plus de 200 morts mercredi ont été arrêtés vendredi à Palerme par la police italienne. Soupçonnés d’être des passeurs, ils risquent des poursuites pour homicides avec circonstances aggravantes.

PUBLICITÉ

Cinq survivants du naufrage ayant fait plus de 200 morts mercredi ont été arrêtés vendredi 7 août par la police italienne. Soupçonnés d’être des passeurs, ces hommes âgés de 21 à 24 ans (deux Libyens, deux Algériens et un Tunisien) ont été recueillis avec les quelque 360 autres survivants arrivés jeudi à Palerme (Sicile).

"Selon les premiers témoignages, les criminels avaient chacun un rôle précis à bord : l'un pilotait le navire, avec l'aide de deux autres, tandis que les autres étaient chargés de contrôler les migrants, de les empêcher de bouger", usant pour cela de couteaux et de bâtons, selon le communiqué diffusé par la police italienne.

Ces hommes risquent des poursuites pour homicides avec circonstances aggravantes et aide à l'immigration clandestine, a précisé la police de Palerme. Ils sont soupçonnés d'avoir fait embarquer quelque 650 personnes, qui avaient payé chacune entre 1 200 et 1 800 dollars pour leur passage en Europe.

>> À lire sur France 24 : "Depuis janvier, 224 000 migrants sont arrivés en Europe via la Méditerranée"

Tensions sur les bateaux

Sur les bateaux de migrants surchargés, les tensions sont fréquentes entre les passagers du pont et ceux de la soute, qui ont payé moins cher mais cherchent toujours à gagner le pont pour glaner un peu d'air, échapper aux émanations de carburant et à l'eau qui s'infiltre, alors qu'un tel mouvement peut faire chavirer l'embarcation.

Mais le bateau a rapidement pris l'eau, au point de noyer le moteur mercredi matin. Les migrants ont alors appelé à l'aide, mais lorsqu'un navire irlandais est arrivé à leur secours plusieurs heures plus tard, un mouvement de foule a fait chavirer le bateau, qui a rapidement coulé.

Une opération de secours massive impliquant sept bateaux a permis de sauver près 400 survivants, mais aussi de repêcher 26 corps. Quelque 200 autres passagers, en particulier ceux qui n'ont pas eu le temps de sortir de la soute, sont portés disparus.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.