Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Mort de Michael Brown : un an après, Ferguson se souvient

Le père de Michael Brown a pris la parole lors d'une cérémonie organisée en mémoire de son fils de 18 ans, tué par un policier blanc il y a un an.
Le père de Michael Brown a pris la parole lors d'une cérémonie organisée en mémoire de son fils de 18 ans, tué par un policier blanc il y a un an. Michael B. Thomas, AFP
4 mn

Plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi à Ferguson à la veille du premier anniversaire du décès de Michael Brown, un jeune Noir non armé mort sous les balles d'un policier blanc. Des commémorations seront organisées dimanche.

Publicité

Un an après la mort du jeune Noir Michael Brown tué sous les balles d'un policier blanc - drame qui avait ravivé les tensions raciales aux États-Unis - la ville de Ferguson se souvient. Samedi 8 août, veille de l’anniversaire de la mort du jeune homme de 18 ans, plusieurs centaines de personnes ont défilé dans cette localité du Missouri.

Mené par le père de Michael Brown et ses proches, le groupe a marché le long d'une avenue de Ferguson. C'est là qu'avaient eu lieu de violentes émeutes en novembre, quand la chambre de mise en accusation avait décidé de ne pas inculper le policier Darren Wilson.

it
FR NW GRAB GALLAGHER V2

>> À lire sur France 24 : "Affaire Michael Brown : 'la conscience tranquille' du policier Darren Wilson"

Dans une atmosphère festive mais sous la surveillance de nombreux policiers, une fanfare d'enfants fermait la marche pacifique.

Toutefois, dans la soirée, des manifestants se sont montrés plus agressifs et certains sont passés par dessus une barricade de police pour faire face aux forces de l'ordre. Une demi-douzaine de coups de feu ont tout de même été entendus lors de la marche.

Un porte-parole de la police a déclaré qu'il ne savait pas à ce stade qui avait tiré et si des gens avaient été touchés, mais les premières informations suggèrent que le cortège n'était pas visé.

"C'est exactement le genre de choses que nous essayons d'éviter. C'est malheureux, nous essayons d'assurer la sécurité de tout le monde", a commenté le chef de la police du comté de St. Louis, Jon Belmar.

"Mains en l'air, ne tirez pas" ou encore "Nous sommes ici... pour Mike Brown", ont crié plus tôt les manifestants. "S'il vous plaît, arrêtez de nous tuer", pouvait-on lire sur l'une des pancartes. Certains marcheurs ont déposé des peluches sur le trajet, qui s'est achevé devant le lycée Normandy qu'avait fréquenté Michael Brown.

"Rien" n'a changé depuis un an

Son père a déclaré devant la presse qu'il déployait tous ses efforts "pour garder vivante la mémoire de son fils" en faisant "tout ce [qu'il] peut pour notre minorité".

"Rien" n'a changé depuis un an pour lui, a-t-il lancé. "Certaines familles ont pu obtenir justice grâce aux retombées de la mort de Michael Brown et cela les aide mais en ce qui me concerne, je continue à me débattre pour surmonter cette épreuve."

>> À lire sur France 24 : "Les incroyables largesses de l’armée américaine aux policiers"

Parmi les évènements prévus dimanche pour les commémorations, les marcheurs observeront 4 minutes 30 secondes de silence pour marquer le fait que le corps de Michael Brown, qui reposait face contre terre, est resté quatre heures et demie dans la rue avant d'être transporté à la morgue.

Une marche silencieuse est également programmée vers une église où se tiendra un service religieux.

Plusieurs dizaines de personnes se sont également rassemblées à New York en souvenir de Michael Brown.

Les émeutes de Ferguson s'étaient propagées à d'autres grandes villes américaines et avaient relancé le débat dans le pays sur la manière dont les policiers blancs traitent les Noirs, surtout les hommes jeunes quand il s'agit du recours à la force.

>> À lire sur France 24 : "Eric Garner, Michael Brown, Sam DuBose... Retour sur un an de bavures policières"

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.