Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : les signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : accord pour une trêve de 48 heures entre armée et rebelles dans trois localités

© Omar Haj Kadour, AFP | Une attaque frappe la localité d'al-Foua, le 10 août 2015. Une trêve entre l'armée syrienne et les rebelles y a été conclu le 12 août.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2015

Une trêve de 48 heures a été conclue mardi entre l'armée syrienne et les rebelles. Elle concerne plusieurs villes disputées, dont celle de Zabadani, proche de Damas, que le régime syrien tente de reconquérir depuis un mois environ.

Fait rare, une trêve de 48 heures a été conclue en Syrie entre les forces du régime syrien et des rebelles islamistes. Le cessez-le-feu concerne principalement la ville de Zabadani, proche à la fois de Damas et de la frontière libanaise, que le régime de Bachar al-Assad, essaie de reprendre depuis un mois, avec l'appui du Hezbollah, milice chiite libanaise.

Ils y combattent notamment le groupe Ahrar al-Cham, l'un des piliers de l'"Armée de la conquête" avec les jihadistes du Front al-Nosra, une alliance islamiste qui a enregistré d'importantes victoires sur le terrain depuis plusieurs semaines dans le nord-ouest du pays.

La trêve concerne aussi les localités de Kefraya et al-Foua, situées dans le nord du pays. Ces deux villages chiites de la province d'Idleb sont parmi les derniers encore aux mains du régime dans la région. En représailles à l'offensive loyaliste sur Zabadani, ils se trouvent assiégés par la coalition rebelle.

Le chef de la diplomatie iranienne à Damas

Selon Hélène Bourgon, correspondante à Beyrouth, au-delà des cessez-le-feu, des négociations sont en cours autour des modalités d'évacuation des combattants rebelles de Zabadani, ainsi que de la levée des sièges de Fouaa et Kafraya.

Ces trêves surviennent alors que le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, est attendu mercredi en Syrie. Sa porte-parole Marzieh Afkham, citée par l'AFP, a affirmé qu'il allait présenter un nouveau plan de paix pour la Syrie. Or, d'autres acteurs du conflit risquent de ne pas l'accepter. "Le couple turco-saoudien a d'ores et déjà demandé le retrait des miliciens du Hezbollah et iraniens de Syrie et le départ de Bachar al-Assad, deux conditions que Téhéran rejette catégoriquement", rappelle ainsi Hélène Bourgon à l'antenne de France 24.

Il s'agira de la première visite du ministre iranien à Damas depuis l'accord nucléaire conclu le 14 juillet entre Téhéran et les grandes puissances. L'Iran est le principal allié régional du régime de Bachar al-Assad, auquel Téhéran apporte un soutien financier et militaire.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/08/2015

  • SYRIE

    Syrie : qui compose les rangs de l’Armée de la conquête ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pourquoi Washington menace-t-il de s’en prendre aux forces du régime syrien ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU vote l'ouverture d'une enquête sur les attaques chimiques en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)