Accéder au contenu principal

Au moins 19 morts dans une série de fusillades à Sao Paulo

Les attaques, qui auraient duré deux heures et demie dans 10 endroits différents, ont commencé dans un bar d'Osasco.
Les attaques, qui auraient duré deux heures et demie dans 10 endroits différents, ont commencé dans un bar d'Osasco. Capture d'écran

Au moins 19 personnes ont été tuées dans une série d'attaques, jeudi, dans la banlieue de Sao Paulo, au Brésil. Un bilan provisoire : la presse avance déjà le chiffre de 23 victimes. Au moins sept personnes ont été blessées.

Publicité

"Le pire massacre de cette année." C'est ainsi que le secrétaire de la Sécurité publique, Alexandre de Moraes, a qualifié la série d'attaques menées jeudi soir dans la banlieue de Sao Paulo, mégapole du Brésil. Elle a fait au moins "19 morts et sept blessés", a déclaré Alexandre de Moraes lors d'une conférence de presse, vendredi 14 août. Mais ces chiffres sont encore provisoires, a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, la presse brésilienne avait rapporté que 23 personnes avaient été abattues dans deux villes de la banlieue de Sao Paulo (sud-est). 

Les attaques, qui auraient duré deux heures et demie dans 10 endroits différents, ont commencé dans un bar d'Osasco et se sont étendues aux quartiers voisins de Barueri et Itapevi, selon le site G1 de Globo, le principal réseau de télévision au Brésil. Le site affirme d'ailleurs avoir identifié 13 des 15 victimes d'Osasco, âgées de 16 à 41 ans. La chaîne Globo News a retransmis des images de caméras de sécurité où l'on voit un groupe cagoulé et armé entrer dans un bar et obliger les clients à lever les mains en l'air avant de les fusiller à bout portant.

Le secrétariat à la Sécurité a indiqué de son côté à l'AFP que ces attaques étaient "inhabituelles". Il n'était pas encore en mesure d'affirmer que ces attaques avaient été coordonnées.

Interrogé sur la possibilité selon laquelle ces attaques pourraient être liées au meurtre d'un policier il y a quelques jours, le maire d'Osasco, Jorge Lapas, a déclaré à Globo News : "Nous avons vu les vidéos qui renforcent cette thèse. Nous voulons prendre des mesures pour éviter que la situation empire au cours des prochains jours".

Avec AFP  

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.