Accéder au contenu principal

Mondiaux d'athlétisme : une équipe de France affaiblie mais pleine d'espoir

Le perchiste Renaud Lavillenie lors des championnats d'Europe en salle, le 7 mars 2015 à Prague.
Le perchiste Renaud Lavillenie lors des championnats d'Europe en salle, le 7 mars 2015 à Prague. Joe Klamar, AFP

L'équipe de France d'athlétisme se présente aux Mondiaux de Pékin avec un effectif amoindri. Alors que Yohann Diniz, Mahiedine Mekhissi ou encore Teddy Tamgho ont déclaré forfait, le perchiste Renaud Lavillenie reste la meilleure chance de médaille.

Publicité

Il y a deux ans, lors des Mondiaux d’athlétisme organisés à Moscou, l’équipe de France était repartie avec quatre médailles dont une en or, la première depuis 2005. Un bon bilan que les Bleus aimeraient bien voir se répéter à l’issue des championnats du monde de Pékin du 22 au 30 août. La sélection tricolore va cependant devoir se passer de nombreuses têtes d’affiches pour cause de blessures. Des absences de marque qui seront toutefois l'occasion pour la jeune génération de briller. Passage en revue des effectifs.

Lavillenie en quête d'un premier titre aux Mondiaux

Champion olympique, champion du monde en salle, recordman du monde (6 m 16), Renaud Lavillenie a tout gagné ou presque… Au palmarès déjà très garni du perchiste, il manque le titre de champion du monde en plein air. Après sa déconvenue en 2013 à Moscou (médaille d’argent), il compte bien entrer un peu plus dans l’histoire. Le Français a cependant connu un début de saison mitigé. Cinquième lors du meeting Areva début juillet à Paris, il n’a pas réussi à franchir 5 m 86. Le Clermontois a heureusement retrouvé ses sensations quelques semaines plus tard à Londres en passant 6 m 03.

Confirmation en vue pour Vicaut

Jimmy Vicaut est l’homme fort de l’équipe de France en ce moment. Le sprinteur de 23 ans a affolé les chronos cet été. Lors du meeting Areva, il a battu le record de France sur 100 m et égalé celui d’Europe en 9''86. Avec ce temps, l’athlète peut désormais viser une belle place en finale, voir un podium aux Mondiaux. Mais il aura bien du mal à bousculer la suprématie du Jamaïcain Usain Blot. Moins performant depuis deux ans, le sextuple champion olympique fait quand même toujours aussi peur à ses concurrents. Fin juillet, il a envoyé un message à ses détracteurs en remportant le meeting de Londres en 9''87. Il aura toutefois fort à faire face à l’Américain Justin Gatlin. Le sprinteur a réalisé la meilleure performance de l’été en 9''74 à Doha. Ce chrono soulève toutefois bien des questions. En effet, à 33 ans, Justin Gatlin, déjà suspendu quatre ans pour dopage en 2006, réalise les meilleurs temps de sa carrière.

L’interrogation Lemaitre

Les excellentes prestations de Jimmy Vicaut ont relégué dans l’ombre Christophe Lemaitre. L’ancien recordman de France du 100 m peine à retrouver son meilleur niveau. Blessé ces dernières semaines au muscle fessier, l’athlète sera finalement bien présent à Pékin. Mais ses ennuis physiques pourraient l’empêcher d’être un client sérieux pour une médaille, notamment sur le 200 m, sa distance fétiche. Ces Mondiaux sont surtout l’occasion pour l'Aixois de retrouver des sensations et de reprendre confiance, à un an des Jeux olympiques de Rio.

La préparation de l'équipe de France


Premiers entraînements des Bleus en Chine ! par FFAthletisme

Des blessures en pagaille...

Alors que Christophe Lemaitre a réussi à se remettre à temps pour Pékin, de nombreux Français ont en revanche déclaré forfait. La plupart ont voulu se ménager à l’approche des JO. Parmi eux, ce sont plusieurs chances de médailles qui se sont donc envolées pour les Bleus. Le champion d’Europe du 1 500 m Mahiedine Mekhissi avait annoncé au printemps qu’il ne serait pas du voyage après une opération au pied. Le champion du monde en titre du triple saut Teddy Tamgho s’est rompu le tendon d’Achille en mai dernier. Le triple champion d’Europe du 50 km marche Yohann Diniz souffre d’une douleur au pubis. Le vice-champion d’Europe du décathlon Kévin Mayer est insuffisamment remis d’une blessure à un ischio. Du côté des filles, c’est la même hécatombe. La championne du monde en salle du saut en longueur Éloyse Lesueur est en convalescence après une rupture des ligaments croisés postérieurs du genou droit, tandis que Antoinette Nana Djimou, championne d’Europe de l’heptathlon, se remet d’une opération bénigne.

... et des espoirs en embuscade

Alors que ces grands noms seront absents, les regards seront tournés vers les espoirs de l’athlétisme français. Sur 800 m, la jeune Rénelle Lamote a brillé cet été en remportant son premier succès en Ligue de Diamant à Stockholm en 1'59''91. Pascal Martinot-Lagarde sera également à suivre sur 110 m haies. Détenteur du record de France en 12''95, le hurdleur a présenté des résultats en demi-teinte cette saison. Après avoir démarré sur les chapeaux de roue lors du meeting d'Eugene aux États-Unis en mai (13''06), il est paru moins affuté par la suite. Le spécialiste du 800 m Pierre-Ambroise Bosse aura également à cœur de briller après son échec aux championnats d’Europe l’an passé. En 2013, il avait réussi à se hisser en finale des Mondiaux.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.