Accéder au contenu principal

Saut à la perche : médaille de bronze pour Lavillenie, Barber champion du monde

Avec sa médaille de bronze au saut à la perche, Renaud Lavillenie a offert à la France, lundi 24 août 2015, sa première médaille aux Mondiaux d'athlétisme de Pékin.
Avec sa médaille de bronze au saut à la perche, Renaud Lavillenie a offert à la France, lundi 24 août 2015, sa première médaille aux Mondiaux d'athlétisme de Pékin. Franck Fife, AFP

Le perchiste français Renaud Lavillenie a dû se contenter de la troisième place, mercredi, en finale des Mondiaux de Pékin, échouant à obtenir le seul titre manquant à son palmarès. Le Canadien Shawnacy Barber est devenu champion du monde.

Publicité

Il ne lui manquait que ce titre pour que son palmarès soit complet. Mais Renaud Lavillenie a dû se contenter de la médaille de bronze en finale du concours de saut à la perche, lors des championnats du monde d'athlétisme, lundi 24 août à Pékin, et devra donc attendre encore au moins deux ans avant de pouvoir tenter de nouveau de s'offrir l'or mondial.

Déjà recordman du monde avec un saut à 6,16 m le 15 février 2014, champion olympique en 2012, multiple champion d'Europe et champion du monde en salle, Renaud Lavillenie n'a pas réussi à franchir les 6,90 m, contrairement au nouveau champion du monde, le Canadien Shawnacy Barber (21 ans), et à l'Allemand Raphael Holzdeppe (25 ans), qui n'a pas réussi à défendre son titre et doit se contenter de la médaille d'argent.

>> À lire sur France 24 : "Mondiaux d'athlétisme : une équipe de France affaiblie mais pleine d'espoir"

À 28 ans, le Français était pourtant au top de sa forme. Toujours en tête des bilans mondiaux, impressionnant de maîtrise quand les hauteurs commencent à tutoyer les sommets, Lavillenie avait pourtant passé cette année les 6,05 m (deuxième meilleure performance de tous les temps en plein air) à Eugene (États-Unis), en mai, puis les 6,03 m, le 25 juillet, à Londres.

Sans surprise, le Français était donc l'immense favori de la finale. Mais comme en 2009 à Berlin et en 2011 à Daegu (Corée du Sud), et après une médaille d'argent en 2013 à Moscou, Renaud Lavillenie n'a pu récolter que le bronze, qu'il doit partager avec les Polonais Pawel Wojciechowski et Piotr Lisek, pour une barre franchie au premier essai à 5,80 m.

"Il y a un peu d'incompréhension"

Lavillenie offre à la France sa première médaille des Mondiaux 2015, mais il s'agit sans conteste d'une médaille amère pour le Français, qui ne semblait pas comprendre les raisons de cet échec.

"Il y a un peu d'incompréhension, mon échauffement se passe bien, ma première barre est bonne, ça me met en confiance. Même le premier échec à 5,90 m ne m'inquiète pas. Mais je fais quasiment trois fois le même saut, alors que la perche que j'ai choisie est la même que celle que je prends habituellement", a déclaré le perchiste, le visage fermé.

Alors peut-être est-ce mental ? "Honnêtement non, ça ne m'a pas trotté dans la tête. J'étais bien dans la tête, je n'ai pas eu de coup de stress ou de pression. Mais la perche, ça ne s'écrit pas toujours comme on le souhaite, et il faut savoir l'accepter", a ajouté le recordman du monde, digne dans la défaite, et pour qui la malédiction continue.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.