Accéder au contenu principal

Luc Besson tournera-t-il sa mégaproduction "Valerian" en France ou en Hongrie ?

Avec un budget de 170 millions d'euros, le prochain film de Luc Besson sera le long-métrage le plus cher de toute l’histoire du cinéma français.
Avec un budget de 170 millions d'euros, le prochain film de Luc Besson sera le long-métrage le plus cher de toute l’histoire du cinéma français. Vasily Maximov, AFP

En raison d'un système de crédit d'impôt défavorable en France aux films en anglais, Luc Besson menace de tourner son prochain blockbuster en Hongrie. Peu de chances toutefois que le cinéaste français bénéficie d'un traitement de faveur.

PUBLICITÉ

On connaît la date du début du tournage mais pas encore le lieu. La production de "Valerian", le prochain long-métrage à gros budget et en langue anglaise de Luc Besson, devrait commencer en décembre. Mais le réalisateur ignore encore s’il le filmera en France. En cause ? Un dispositif fiscal peu favorable, selon le cinéaste, aux films français tournés dans la langue de Shakespeare.

"Je ne sais pas si je pourrai tourner en France. C'est dans les arcanes politiques... Je pense que tout le monde aimerait bien que l'on fasse le film ici, encore faut-il qu'on ait le droit, a déclaré le réalisateur sur les ondes de RTL, lundi 24 août. Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je prépare mon film et j'espère que ça pourra s'arranger..."

Adaptation de la bande dessinée franco-belge "L’Empire des mille planètes" de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, "Valerian" sera doté d'un budget de 170 millions d'euros, ce qui en fera le film le plus cher de toute l’histoire du cinéma français (titre aujourd’hui détenu par "Astérix et les Jeux Olympiques" avec 78 millions d’euros). La superproduction de science-fiction de Luc Besson devrait employer 1 200 personnes pendant six mois. Des chiffres qui donnent le tournis…

"Trou juridique"

"J'ai envie de tourner dans mon pays avec des techniciens français. Ça me met les boules comme on dit. J'ai prévenu les autorités, a déclaré l’auteur du 'Grand Bleu', qui affirme avoir alerté François Hollande. Il y a un tout petit problème qui s'appelle les crédits d'impôts qui, en France pour les films français, sont de 20 %, et pour les films étrangers de 30 %... Le seul problème, c'est que je suis un film français en langue anglaise donc j'ai le droit à zéro en tant que film français. En tant que film étranger du coup, j'ai droit à zéro parce que le producteur est français. Je suis dans une espèce de trou juridique."

Histoire de faire réfléchir les pouvoirs publics, le cinéaste et producteur a tenu à préciser que s'il délocalisait le tournage en Hongrie, il récupèrerait fiscalement de ce pays 35 % à 40 % de l'investissement total. "Je suis patriote, mais 15 à 20 millions, ça commence à faire un peu lourd".

Dure loi mais la loi (des finances)

Un appel du pied auquel Fleur Pellerin a opposé comme une fin de non-recevoir. Mardi, toujours sur RTL, la ministre de la Culture a en effet indiqué qu'elle "ne faisait pas de réglementation ou de législation pour des cas particuliers". "Moi je n'adapte pas les dispositifs pour les cas précis, a-t-elle dit, mais je crée un cadre pour rendre attractif le territoire pour les films français."

>> À lire sur France 24 : "Luc Besson, le pape du cinéma 'made in France' à l'international"

Et de poursuivre : "Je continue à travailler pour rendre ces dispositifs encore plus attractifs et je serais évidemment ravie si [...] la valeur ajoutée que créerait le tournage de ce film en France pouvait bénéficier à notre territoire plutôt qu'à celui de nos voisins. C'est un sujet de loi de finances donc les arbitrages seront rendus au début du mois d'octobre."

Acteur de premier plan de l’industrie du cinéma français, Luc Besson compte cinq de ses films dans le top 10 des longs-métrages les plus chers du septième art hexagonal. Champion du box office, son thriller futuriste "Lucy", dont il dit préparer une suite, a battu l’an passé tous les records de fréquentation à l’étranger. En à peine six mois d’exploitation dans le monde entier, le film avait engrangé quelque 53 millions d’entrées. Un succès en partie dû à sa tête d’affiche Scarlett Johansson.

Pour "Valerian", Luc Besson s’est également offert les services de stars internationales puisque Clive Owen ainsi que Dane DeHaan et Clara Delavingne, deux étoiles montantes d’Hollywood, ont été annoncés au casting.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.