Accéder au contenu principal

Piratage du site Ashley Madison : le PDG "de l'infidélité" démissionne

Noël Biderman avait fondé le site Ashley Madison en 2001.
Noël Biderman avait fondé le site Ashley Madison en 2001. Capture d'écran Ashley Madison

Noël Biderman, le PDG de la maison mère canadienne du site de rencontres extraconjugales Ahsley Madison, a quitté ses fonctions alors que le grand déballage continue suite au piratage et à la publication des données de millions d'utilisateurs.

PUBLICITÉ

Le fondateur du site Ashley Madison, Noël Biderman, a quitté ses fonctions de PDG de Avid Life Media, la maison mère du célèbre site de rencontres extraconjugales vendredi 28 août. Celui qui se surnommait le "roi de l'infidélité" n'a pas résisté au grand déballage suite au piratage massif de la base de données de 33 millions d'utilisateurs en juillet.

Un groupe de cybercriminels, "The impact team", a publié en deux temps, la semaine dernière, 30 gigaoctets de fichiers contenant les noms, comptes d'utilisateurs, courriels et adresses ainsi que les historiques de navigation de clients d'Ashley Madison.

Les révélations ont aussi démontré le côté plus obscure de l'activité du site d'Ashley Madison. Il a, ainsi, été démontré, en début de semaine, que les employés du groupe ont dû créer des millions de faux profils de femmes pour donner l'illusion de choix aux hommes en recherche d'une aventure. Il n'y aurait ainsi qu'environ 1492 femmes actives sur le site.

Pirater un concurrent ?

Les responsables du site ont également, d'après les courriels dérobés et publiés, discuté de l'opportunité de pirater des sites concurrents pour en récupérer la base de données d'utilisateurs. Le site Ashley Madison aurait, ainsi, pu gonfler artificiellement son nombre d'inscrits.

La publication du fichier d'utilisateurs aurait, par ailleurs, entraîné deux suicides, dont un au Canada, avait avancé lundi 24 août la police canadienne. Le piratage a également entraîné une succession de plaintes en justice contre la maison mère du site qui menace de coûter plusieurs centaines de millions de dollars à cet empire, très menacé, de l'infidélité.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.