Accéder au contenu principal

L'économie chinoise poursuit sa chute et fait trembler les Bourses mondiales

Des travailleurs chinois dans une usine de la ville de Qingdao, en juillet 2015
Des travailleurs chinois dans une usine de la ville de Qingdao, en juillet 2015 STR, AFP

La situation économique de la Chine agite de nouveau les marchés financiers. L'activité manufacturière en Chine s'est contractée en août, confirmant l'essoufflement de la deuxième économie mondiale.

Publicité

La ralentissement économique de la Chine se confirme après la publication de chiffres inquiétant concernant l’activité manufacturière du pays, pourtant le pilier traditionnel de sa croissance. Pour la première fois depuis trois ans, l’indice PMI des directeurs d’achat a montré une contraction. Il s’est établi à à 49,7 en août, contre 50 en juillet, selon le chiffre officiel dévoilé mardi 1er septembre par le Bureau national des statistiques (BNS).

Un autre indicateur PMI calculé indépendamment par le cabinet Markit et publié mardi par le groupe de presse Caixin, dresse même un tableau encore plus sombre. Il est tombé à 47,3 pour août, contre 47,8 en juillet. Ce dernier indice est à son plus faible niveau depuis mars 2009.

Le secteur des services en ralentissement

Encore plus inquiétant, le secteur chinois des services, qui constituait jusqu'ici l'un des rares points positifs de la deuxième puissance mondiale, montre à son tour des signes de ralentissement marqué, enregistrant sa croissance la plus lente en plus d'un an. "Au vu de l'activité anémique durant l'été, le produit intérieur brut (PIB) pourrait tomber en dessous de 6,5 % au troisième trimestre", observent les économistes d'ANZ dans une note.

Ils estiment que pour maintenir une croissance autour de 7 %, l'objectif affiché des autorités chinoises pour 2015, de nouvelles mesures agressives d'assouplissement monétaire seront nécessaires, ainsi qu'une politique fiscale proactive et une libéralisation financière. Mais certains experts estiment que le rythme actuel de croissance de l'économie chinoise est déjà bien inférieur à ces chiffres.

>> À lire sur France 24 : "Six chiffres pour comprendre la crise boursière en Chine"

Les investisseurs craignent que les chocs combinés de la dévaluation du yuan et de l'effondrement des indices boursiers chinois cet été aient encore accru les risques sur l'économie et le système financier chinois.

Pour tenter d'enrayer le ralentissement de l'économie, les autorités chinoises ont mis en œuvre le programme de soutien le plus ambitieux depuis la crise financière mondiale de 2008, à grands renforts d'accélérations des investissements dans les projets d'infrastructures et d'assouplissements à répétition de la politique monétaire.

Mais l'efficacité de cette approche a été remise en question et certains ont mis en garde contre de nouvelles injections de capitaux dans le système, évoquant "le piège des liquidités" pour des entreprises déjà lourdement endettées.

La Banque populaire de Chine (BPC) a baissé ses taux d'intérêt ainsi que les taux de réserves obligatoires des banques la semaine dernière pour la deuxième fois en deux mois, au lendemain d'un "lundi noir" (24 août) sur les marchés chinois dont les répercussions ont été ressenties sur les places financières à travers le monde.

 

 >> À voir dans Le Débat de France 24 : "L'Empire du Milieu fait trembler l'économie mondiale"

Avec AFP et Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.