Accéder au contenu principal
Reporters

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

France 24

Chaque jour des centaines de migrants empruntent "la route des Balkans". Plus longue mais moins dangereuses que la traversée de la Méditerranée, cette route commence en Grèce et se termine pour la plupart des demandeurs d'asile en Allemagne. Sur ce trajet, un mur a été érigé entre la Serbie et la Hongrie, porte d’entrée dans l'espace Schengen et donc point de passage stratégique. Nos reporters ont suivi des Syriens qui fuient la guerre dans leur pays et tentent de gagner l'eldorado allemand.

PUBLICITÉ

Lorsque nous avons décidé de partir faire ce reportage pour France 24, nous voulions filmer la construction du nouveau "mur" hongrois, ces 175 kilomètres de barbelés situés à la frontière avec la Serbie. Le dernier symbole en date d’une Europe qui tente par tous les moyens de se barricader.

Pour nous, c’était un comble que la Hongrie, justement, reconstruise ce "rideau de fer". En 1989, les Hongrois avaient été les premiers à ouvrir leur frontière pour permettre aux Allemands de l’Est de fuir leur pays… Nous sommes parties sur place pour nous confronter à la réalité de ce nouveau mur et à la terrible ironie de l’Histoire.

>> À voir également  : "Les chemins de l'exil", carnet de route des reporters de France 24 sur la "route des Balkans".

Nous avons commencé notre reportage côté serbe de la frontière, dans la petite ville d’Horgos, qui touche cette barrière de barbelés. Nous étions venues pour voir ce "rideau de fer" mais nous nous sommes retrouvées face à une crise humanitaire historique.

Nous sommes arrivées en Serbie le 23 août. La veille, la Macédoine, voisine de la Serbie, avait décidé de rouvrir sa frontière. Ce dimanche-là, 7 000 réfugiés avaient donc repris leur chemin vers le Nord. Ils étaient en Serbie, prêts à pénétrer dans l’espace Schengen en passant par la bourgade d’Horgos.

En une seule journée, nous avons vu des centaines de personnes franchir les barbelés, à travers une brèche. Comme chaque jour depuis lors.

>> À lire aussi sur France 24 : "En Hongrie, des bénévoles défient le gouvernement et accueillent les réfugiés à bras ouverts"

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.