Accéder au contenu principal

Artistes et politiques, la France commence à se mobiliser pour les réfugiés

Manifestation de soutien aux réfugiés, le 5 septembre 2015 à Paris.
Manifestation de soutien aux réfugiés, le 5 septembre 2015 à Paris. François Guillot, AFP

Au lendemain de manifestations de soutien aux réfugiés, les initiatives se multiplient en France pour répondre à la crise migratoire en Europe. L'opinion publique, elle, reste en majorité hostile à ce que la France accueille des réfugiés.

PUBLICITÉ

Alors que l'Allemagne s'organise pour recevoir des milliers de réfugiés syriens, la France commence à se mobiliser en faveur des migrants, faisant écho aux manifestations de samedi, qui ont réuni plus de 10 000 personnes à Paris et en province.

Une soixantaine d'artistes ont signé un appel publié dimanche 6 septembre dans le "Journal du Dimanche". Intitulé "Une main tendue", cet appel lancé par le comédien Alex Lutz proclame : "Plus jamais d'Aylan sur les plages de Turquie", en référence à Aylan Kurdi, l'enfant syrien dont la photo a ému l'opinion publique cette semaine.

"Nous ne pouvons pas rester claquemurés dans l'indifférence et le silence devant la tragédie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui meurent faute d'être accueillis, victimes de la barbarie et de la guerre dans leurs propres pays et du repli sur soi dans les nôtres", affirment les signataires, parmi lesquels Isabelle Adjani, Carole Bouquet, Matthieu Chedid, Guillaume Canet, les Daft Punk ou encore Dany Boon.

Un "cachet solidaire"

Ces artistes s'engagent également à donner de l'argent à une association qui vient en aide aux réfugiés. "Parce que nous ne voulons pas seulement en appeler aux pouvoirs publics depuis le confort où nous sommes installés mais agir, parce que nous ne voulons en aucun cas donner des leçons mais nous engager, chacun des signataires de cet appel offrira un cachet solidaire à l'une des associations qui intervient dans les pays d'origine ou dans les pays d'accueil pour aider les réfugiés," indique le texte, qui cite une liste non exhaustive d'ONG (la Cimade, France Terre d'asile, la Ligue des droits de l'Homme, le Secours catholique, Save the Children, Médecins sans frontières, l'Unicef, Médecins du monde, Care International...)

Le chanteur et comédien Marc Lavoine, également signataire du texte paru dans le "JDD", a décidé de lancer dimanche sur RTL un autre appel sur le même thème. "Moi, je ne suis qu'un artiste. Je n'ai pas à dire aux politiques ce qu'ils doivent faire. Mais comme tout être humain, je suis bouleversé par la souffrance et l'injustice. Cet appel, c'est la volonté de ne pas rester inerte", déclare-t-il.

Réunion des maires

Du côté politique justement, selon le "JDD", le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a décidé de réunir le 12 septembre les maires prêts à accueillir des réfugiés. "Ces derniers jours, plusieurs dizaines d'entre vous ont exprimé leur volonté d'accueillir dans leur ville des réfugiés et demandeurs d'asile qui fuient au péril de leur vie la barbarie, les conversions forcées, les exactions, la guerre", écrit Bernard Cazeneuve dans une lettre à tous les maires de France, citée par l'hebdomadaire.

Saluant une volonté qui "s'inscrit dans la tradition française", le ministre convie les maires à une réunion le 12 septembre pour coordonner ces initiatives venant de plusieurs élus, notamment socialistes, de Strasbourg au Lot en passant par Lille et la Haute-Garonne.

Les Français opposés à l'accueil de réfugiés

Mais si les manifestations de samedi partout en France ont mobilisé des milliers de personnes, la majorité des Français (55 %) reste opposée à ce que les autorités assouplissent les conditions d'octroi du statut de réfugié aux migrants, selon un sondage Odoxa pour "Le Parisen-Aujourd'hui en France" paru dimanche. D'après cette enquête, seuls 44 % des Français se disent favorables à ce que la France prenne exemple sur l'Allemagne.

Concernant les Syriens qui fuient la guerre, une majorité (62 %) estime qu'il faut les traiter comme des migrants comme les autres, et seulement 36 % jugent qu'ils "méritent un meilleur accueil en tant que réfugiés de guerre".

Mais une majorité de 61 % se dit favorable à ce que la France participe à une intervention militaire au sol en Syrie contre l'organisation jihadiste de l'État islamique (37% sont contre).

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.