Accéder au contenu principal

L'armée française effectue ses premiers vols de reconnaissance en Syrie

Un Rafale de l'armée française se posant sur le porte-avions Charles-de-Gaulle dans le golfe arabo-persique, le 25 février 2015,
Un Rafale de l'armée française se posant sur le porte-avions Charles-de-Gaulle dans le golfe arabo-persique, le 25 février 2015, Patrick Baz, AFP

Conformément à l'annonce du président français François Hollande, une patrouille de Rafale a effectué, mardi, ses premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie. D'autres missions similaires sont envisagées.

PUBLICITÉ

L'armée française a effectué, mardi 8 septembre, ses premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. "La décision annoncée [lundi] par François Hollande a été suivie d'effet. Ces vols de reconnaissance détermineront le moment venu telle ou telle action qui pourrait être prise", a-t-il dit à des journalistes.

C’est une patrouille de Rafale qui a effectué la mission, première du genre pour la France. Les chasseurs-bombardiers français, partis de leur base dans le golfe arabo-persique, étaient équipés d'un "pod" (une nacelle) permettant de recueillir des images numériques à haute et basse altitudes, a précisé à Reuters une source au sein du ministère de la Défense. Un avion C-135 ravitailleur français a également participé à cette mission afin de fournir du carburant aux avions.

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères

Recueillir des renseignements sur l'organisation de l'EI

"Il s'agit de recueillir des renseignements sur le groupe terroriste [État islamique] et de renforcer notre capacité d'appréciation autonome de la situation" en Syrie, a ajouté cette même source. Des missions similaires pourraient être effectuées dans les jours à venir."

Ces opérations de reconnaissance sont, selon le ministère de la Défense, un prélude à d’éventuelles frappes aériennes. "Il faut d’abord constituer une bonne cartographie avec un certain nombre de cibles potentielles que seuls des avions de reconnaissance évoluant à 8 000 mètres d’altitude avec des caméras extrêmement perfectionnées peuvent déterminées, affirme le général Jean-Patrick Graviard, ancien chef des opérations aériennes, à France 24. Cette appréciation de situation peut durer deux ou trois jours, peut-être même plus, mais en quelques vols je pense qu’on peut se faire une bonne idée du dispositif de Daech [autre acronyme de l’EI] concernant ses stocks et ses centres d’entraînement qui intéressent beaucoup en ce moment les Occidentaux."

Général Jean-Patrick Graviard, ancien chef des oéprations aériennes

La France dispose d'avions Rafale sur une base aux Émirats arabes unis, équipés pour des missions de renseignement. L'armée de l'Air française est aussi déployée sur une base en Jordanie avec des avions-bombardiers.

Le président français, François Hollande, avait déclaré lundi, lors de sa conférence de presse de rentrée, que ces missions de reconnaissance pourraient être le prélude à des frappes aériennes contre des positions de l'organisation État islamique. La France, qui participe à la coalition internationale à l'œuvre en Irak, a refusé jusqu'ici d'intervenir en Syrie.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.