Accéder au contenu principal

L'ex-patron français du géant du bitcoin MtGox mis en examen pour détournement de fonds

Mark Karpelès a été mis en examen pour détournement de fonds après avoir passé six semaines en garde à vue
Mark Karpelès a été mis en examen pour détournement de fonds après avoir passé six semaines en garde à vue Jiji Press, AFP

Le Français Mark Karpelès a été mis en examen au Japon, vendredi, pour détournement de fonds dans le cadre de l'enquête autour de la faillite en 2014 de MtGox, la plus importante plateforme d'échange de bitcoin.

PUBLICITÉ

Nouveau coup dur pour l'ex-"baron" français du bitcoin. Mark Karpelès a été mis en examen au Japon, vendredi 11 septembre, pour détournement de fonds dans le cadre de l'enquête sur la faillite retentissante, en février 2014, de la plateforme d'échanges de bitcoins MtGox, dont il était le patron.

Le trentenaire était en garde à vue à Tokyo depuis six semaines. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle dans l'effondrement de la célèbre bourse d'échange de bitcoins et d'avoir détourné plusieurs millions de dollars en monnaie virtuelle à son profit.

Perte de 350 millions d'euros

Le site MtGox était considéré comme la plus importante place du monde pour échanger des bitcoins contre des devises sonnantes et trébuchantes. Après la faillite de la plateforme, le 28 février 2014, Mark Karpelès avait annoncé que l'équivalent de 350 millions d'euros en bitcoins, stockés dans des porte-monnaie électroniques, avaient disparu.

Cette déconfiture avait contribué à diviser par deux la valeur du bitcoin par rapport à son plus haut historique de 1 000 dollars en décembre 2013.

La confiance dans cette monnaie dématérialisée avait été fortement ébranlée par cette affaire. D'autant que Mark Karpelès avait clamé, peu après la faillite de son entreprise, que des pirates informatiques avaient réussi à trouver un moyen de voler les bitcoins, sur une durée de deux ans, sans que personne ne se rende compte de rien.

Arrêté une première fois en janvier

Mais la preuve de ce hold-up numérique n'a jamais été apportée. Les enquêteurs se sont alors intéressés de plus près à Mark Karpelès. Il a rapidement été soupçonné d'avoir joué un rôle central dans la déconfiture de son entreprise, même s'il a toujours clamé son innocence.

Le Français a été accusé d'avoir falsifié les comptes pour gonfler artificiellement la trésorerie de MtGox, ce qui a mené à sa première arrestation en janvier 2014. Après avoir été rapidement relâché, le Français a ensuite été de nouveau inquiété par les autorités japonaises au sujet d'un éventuel détournement de fonds.

Il est soupçonné d'avoir, pour un montant de 2,3 millions d'euros, payé des licences pour des logiciels informatiques et effectué des achats personnels comme un lit de luxe. Ce qui a mené à sa mise en examen.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.