Accéder au contenu principal
FRANCE

Vidéo : des Femen pertubent un salon sur la femme musulmane

Intervention de militantes Femen au salon de la femme musulmane à Pontoise, samedi soir.
Intervention de militantes Femen au salon de la femme musulmane à Pontoise, samedi soir. Capucine Henry
3 mn

Deux militantes du mouvement féministe Femen se sont invitées seins nus sur la scène d'un salon musulman consacré à la femme, samedi soir, en banlieue parisienne.

Publicité

Un salon musulman mettant "la femme à l'honneur" était organisé samedi 12 et dimanche 13 septembre à Pontoise, en région parisienne. Samedi soir, les deux imams controversés Nader Abou Anas et Medhi Kabir intervenaient à la tribune sur le thème de la "valorisation de la femme en islam". C’est à ce moment, vers 20h30, que deux Femen sont montées sur l’estrade, comme le montre cette vidéo :

Les deux femmes ont crié des slogans qui étaient également peints sur leurs seins et leur dos : "Personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète."

Elles ont très vite été sorties sans ménagement par le service d’ordre, subissant au passage les coups d’une dizaine de spectateurs montés sur scène. Un journaliste de BuzzFeed France a également filmé la confusion qui a suivi l’intervention des Femen :

Les "deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s'il faut battre ou non sa femme", a raconté à l’AFP Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris. Une version contredite par un enregistrement publié par BuzzFeed : Medhi Kabir demandait aux musulmans d’avoir un comportement exemplaire avec les femmes, "de suivre le modèle du prophète, qui ne tapait jamais sa femme et qui ne se faisait pas servir". "Nous voulons des musulmans et des musulmanes qui se comportent comme s’est comporté le prophète…", est la dernière phrase prononcée par cet imam avant d’être interrompu.

Prises en charge par la sécurité du salon, les deux femmes ont été remises à la police. Le parquet de Pontoise a indiqué dimanche que leur garde à vue avait été "levée dans la nuit" et que les organisateurs du salon avaient annoncé leur intention de déposer plainte.

Avant la tenue du salon, une pétition publiée sur Change.org demandait son annulation. Elle avait recueilli près de 6 000 signatures avant l'ouverture du salon. Son initiateur dénonçait l’invitation de "prédicateurs fondamentalistes tels que Nader Abou Anas, connu pour avoir légitimé le viol conjugal et plus largement la soumission de la femme". Il a depuis actualisé la page de la pétition, doutant de la pertinence de l’action des militantes féministes : "L'intervention du groupe Femen offre une posture victimaire aux prédicateurs et renforce les convictions de leur auditoire."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.