Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

États-Unis : un lycéen arrêté pour avoir apporté une "fausse bombe" en cours

Un policier américain devant une école de Chicago, en août 2013.
Un policier américain devant une école de Chicago, en août 2013. Archive, Scott Olson, AFP
4 mn

La police de Irving au Texas a arrêté un jeune homme de 14 ans parce qu'il avait rapporté en cours une horloge de sa fabrication. Un de ses professeurs a appelé les forces de l'ordre pensant qu'il s'agissait d'une bombe.

Publicité

Ahmed Mohamed pensait sans doute impressionner ses enseignants en emportant avec lui, lundi 14 septembre, l’horloge qu’il venait de fabriquer, la veille, juste avant de s’endormir. Mais au lieu de recevoir leurs félicitations, c’est une arrestation en bonne et due forme qu’a obtenu ce lycéen de 14 ans du lycée MacArthur de Irving, dans la banlieue de Dallas, aux États-Unis, comme le rapporte le journal local "The Dallas Morning News".

Passionné de robotique, Ahmed Mohamed souhaitait montrer son horloge à son professeur de technologie, mais ce dernier, plutôt gêné à sa vue, conseilla à son élève de ne pas montrer son invention à ses collègues. Sans vraiment comprendre, le jeune Ahmed décida toutefois de garder son horloge dans son sac, mais manque de chance, celle-ci se mit à sonner en cours d’anglais.

Menottes aux poignets

Pas de doute pour l’enseignante, il s’agissait là d’une bombe. "Je lui ai répondu que cela ne ressemblait pas du tout à une bombe pour moi", raconte le jeune garçon dans les pages du "Dallas Morning News". Mais le proviseur fut prévenu, puis la police a débarqué dans  l’établissement. Et Ahmed Mohamed s'est retrouvé menotté et interrogé par les forces de l’ordre.

"Ils m’ont demandé. ‘Donc tu as essayé de fabriquer une bombe ?’ Je leur ai dit que non, que j’avais essayé de fabriquer une simple horloge", raconte Ahmed Mohamed. Mais les policiers n’ont rien voulu entendre et l’ont emmené dans un centre de détention pour mineurs. Le lycéen a finalement été relâché mais il pourrait être inculpé pour avoir mis au point "une fausse bombe". Le proviseur de son lycée l’a par ailleurs suspendu pendant trois jours.

Une photo prise de Ahmed Mohamed lors de son arrestation

Victime de l’islamophobie, selon son père

Pour la famille d’Ahmed Mohamed, cette arrestation symbolise l’islamophobie qui règne dans la ville. "Il veut juste inventer des choses utiles pour l’humanité", explique son père Mohamed Elhassan Mohamed, qui a immigré du Soudan. "Mais parce que son nom est Mohammed et en raison du 11 septembre, je pense que mon fils a été maltraité".

Particulièrement choqué par ces faits, le conseil des relations américano-islamiques a décidé d’ouvrir une enquête à ce sujet. L’arrestation d’Ahmed Mohamed a aussi provoqué beaucoup d’émotions sur les réseaux sociaux. Le site américain The Verge explique qu’une campagne a ainsi été lancée sur Twitter avec le mot clé #HelpAhmedMake (Aidons Ahmed à fabriquer) pour soutenir le jeune garçon. Touché par son histoire, un ingénieur d’un laboratoire de la Nasa propose même au jeune inventeur de venir voir un robot de la mission Mars "quand il le souhaite".

L'interview de Ahmed Mohamed réalisée par le journal "The Dallas Morning News"

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.