Accéder au contenu principal

Vidéo : la Slovénie laisse entrer des centaines de migrants après trois jours de blocage

Les migrants ont attendu tois jours avant de pouvoir passer la frontière slovène à Harmica en Croatie, le 20 septembre 2015.
Les migrants ont attendu tois jours avant de pouvoir passer la frontière slovène à Harmica en Croatie, le 20 septembre 2015. Capture d'écran France 24

Au poste frontière de Harmica situé entre la Croatie et la Slovénie, les reporters de France 24 sont allés à la rencontre dimanche des bénévoles croates et des migrants qui ont attendu trois jours avant de pouvoir passer la frontière slovène.

Publicité

Des centaines de migrants qui attendaient depuis trois jours au poste frontière de Harmica situé entre la Croatie et la Slovénie ont pu entrer en territoire slovène dimanche 20 septembre. La Slovénie, située dans l’espace Schengen, constitue une dernière étape avant l’Autriche, l’un des pays que ces familles tentent d’atteindre.

Après trois journées d'attente dimanche et alors que le bus promis n’arrivait toujours pas, l’impatience et la fatigue se sont fait sentir chez les migrants assis à même le bitume à la frontière slovène. "Nous sommes vraiment en mauvais état. Nous avons souffert",  a raconté une fillette syrienne, interrogée par les envoyés spéciaux de France 24. "Hier, il a plu, regardez où on dort", a-t-elle expliqué, désignant un camp de fortune installé sur place.

Destination finale inconnue

Depuis l’arrivée des premiers migrants, les Croates se sont mobilisés apportant vêtements, chaussures, couvertures et de quoi manger. Il y a vingt-cinq ans, ce sont eux qui fuyaient leur pays pendant la Guerre d’ex-Yougoslavie. "Les gens disent que ces migrants sont des terroristes qui font le jihad. Mais non ! Comme vous pouvez le voir, ces gens veulent la liberté, ils veulent juste travailler. Alors l’Europe, s’il-vous-plait, aidez-les !", a interpellé un bénévole croate venu prêter main-forte.

En fin de journée dimanche, un premier bus est enfin arrivé, provoquant un mouvement de foule. La frontière s’est ouverte et les autorités ont laissé passer les migrants un par un. "On sait qu'on va en Slovénie, mais où, on ne sait pas. Dans des camps, dans des maisons, ils vont nous envoyer directement en Autriche ? On ne sait pas", se demandait l’un d’entre eux, ayant pour seul bagage un sac à dos.

Finalement plusieurs centaines de ces migrants ont été emmenés vers des centres d’accueil en Slovénie, où ils y seront enregistrés. Quant à leur prochaine étape, elle reste encore inconnue.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.