Accéder au contenu principal

Bousculade meurtrière à La Mecque, les autorités ordonnent une enquête

STR/AFP

Une bousculade a entraîné la mort de plusieurs centaines de personnes, jeudi, à Mina, près de La Mecque, au premier jour de la fête de l'Aïd el-Kebir. Près de deux millions de musulmans participent au pèlerinage.

Publicité

Plus de 700 personnes ont trouvé la mort et plus de 800 autres ont été blessées dans une bousculade de pèlerins, jeudi 24 septembre, à Mina, près de La Mecque, selon un bilan de la défense civile saoudienne.

Le prince héritier Mohammed ben Nayef a ordonné une enquête pour comprendre les circonstances de cette tragédie. Le roi Salmane, qui a reçu dans la soirée les responsables du hajj (pélerinage), a dit en attendre les résultats "au plus tôt". Il a ajouté avoir ordonné "une révision des plans" d'organisation du pèlerinage pour que les fidèles "accomplissent leurs rituels en toute sécurité".

Des opérations de secours sont en cours. Les équipes de la Défense civile s'emploient sur le terrain à porter les premiers soins aux blessés et à diriger le flot de pèlerins vers des "routes alternatives".

Images amateur : plusieurs centaines de morts dans une bousculade près de La Mecque - HAJJ

La bousculade, qui a coïncidé avec l'Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice, s'est produite lors du rituel de la lapidation de Satan qui consiste, pour les pèlerins, à jeter des cailloux vers trois stèles le représentant. Un choc entre une marée humaine quittant l'une des stèles et une foule venant en sens inverse a provoqué le drame, selon un responsable du ministère de la Santé. D'importants travaux d'infrastructure ont pourtant été réalisés ces dernières années sur le site de Mina pour faciliter le mouvement des pèlerins.

Au premier jour de la fête de l'Aïd el-Kebir, les pèlerins, près de deux millions de personnes selon des statistiques publiées mercredi soir, ont commencé leur pèlerinage dans la vallée de Mina, dans l'ouest de l'Arabie saoudite. Alors que la majorité des pèlerins sont des étrangers, l'Iran a fait état d'un bilan de 90 morts parmi ses ressortissants. Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a imputé aux autorités saoudiennes la responsabilité de la bousculade, dénonçant une "mauvaise gestion" de Riyad. Le grand mufti de Turquie, Mehmet Görmez, a indiqué que 18 pèlerins turcs étaient portés disparus. L'Algérie a fait état de trois morts parmi ses ressortissants. Oman a fait état d'un disparu.

Quatre hôpitaux ont été réquisitionnés, ainsi que 220 ambulances et des hélicoptères. Au Mina Emergency Hospital, des dizaines d'ambulances se frayaient un chemin pour amener de nouveaux blessés.

La Mecque avait déjà été le théâtre d'un tragique accident avant le début du hajj, lorsqu'une grue s'était effondrée à la Grande mosquée le 11 septembre tuant plus de 100 personnes.

En janvier 2006, 364 pèlerins avaient également péri dans une bousculade sur les mêmes lieux.

Avec AFP et Reuters

Un nouveau drame malgré les milliards d'euros investis par les autorités saoudiennes dans les infrastructures.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.