Accéder au contenu principal

Russie : exhumation des restes du dernier Tsar Nicolas II et de sa femme

Portrait du Tsar Nicolas II exhibé par un prêtre orthodoxe à l’occasion d’une exposition sur son règne le 1er juillet 2008 à Moscou.
Portrait du Tsar Nicolas II exhibé par un prêtre orthodoxe à l’occasion d’une exposition sur son règne le 1er juillet 2008 à Moscou. Natalia Kolesnikova, AFP

Les enquêteurs russes ont procédé, mercredi, à l'exhumation des restes du dernier tsar, Nicolas II, et de sa femme, Alexandra, enterrés à Saint-Pétersbourg, dans le cadre de la réouverture de l’enquête sur leur assassinat en 1918.

PUBLICITÉ

Près de cent ans après, la mort du dernier tsar russe, Nicolas II, et de sa femme, Alexandra, reste parsemée de zones d’ombre. Pour tenter de percer le mystère des dernières heures du couple impérial, les enquêteurs russes ont exhumé, mercredi 23 septembre, les restes de leurs dépouilles dans le cadre de la réouverture de l'enquête sur leur assassinat en 1918.

"Nous avons décidé de tout recommencer à zéro et de mener à nouveau les expertises nécessaires. C'est pour cela qu'aujourd'hui (mercredi), nous avons prélevé, dans le cadre de l'enquête, des fragments des restes de Nicolas II et de l'impératrice", a déclaré un des principaux responsables du Comité d'enquête, Vladimir Soloviev. Les autorités n'ont cependant pas précisé quel type d'expertise serait mené.

L'exhumation, qui se déroule à Saint-Pétersbourg, au cœur de l'ancienne capitale impériale, s'inscrit dans le cadre de la réouverture de l'enquête sur "les circonstances de la mort et de l'enterrement de la famille impériale", a confirmé le porte-parole du comité, Vladimir Markine. Commencée en 1993, l'enquête avait été close en janvier 2009 par le comité, pour manque d'avancées significatives, une décision jugée illégale en 2010 par un tribunal russe.

"Un événement-clé"

En juillet, l'Église orthodoxe russe, qui a longtemps exprimé des doutes sur l'authenticité des ossements considérés comme ceux de la famille Romanov, avait exigé la reprise de l'enquête. "La réouverture de l'enquête sur la mort de la famille impériale est un événement-clé pour notre époque", s'est félicité, quant à lui, l'avocat des Romanov, Guerman Loukianov.

En 2008, le Parquet russe avait rendu publics les résultats de tests ADN confirmant que des ossements découverts un an plus tôt dans la région d'Ekaterinbourg (Oural) étaient bien ceux du tsarévitch, fils du tsar, et de sa sœur.

Les restes des autres membres de la famille Romanov, extraits d'une fosse commune d'Ekaterinbourg en 1991, ont été officiellement identifiés en 1998 par le gouvernement russe. Certains ont déjà été inhumés en grande pompe dans l'ancienne capitale impériale, tandis que le fils et l'une des filles du couple tsariste le seront en octobre. Tous ont été canonisés comme martyrs par l'Église orthodoxe.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.