Accéder au contenu principal

Jouer en Palestine sans croiser d’Israéliens, le match impossible des Saoudiens

Des supporters palestiniens sous le portrait de Yasser Arafat, lors d'un match disputé en Cisjordanie.
Des supporters palestiniens sous le portrait de Yasser Arafat, lors d'un match disputé en Cisjordanie. Thomas Coex, AFP (Archives)

Au grand dam des Palestiniens, la sélection saoudienne, qui refuse de se rendre en Cisjordanie pour y disputer un match de football, afin d’éviter tout contact avec des Israéliens, a obtenu gain de cause auprès de la Fifa.

PUBLICITÉ

La Fédération palestinienne de football aura tout tenté, en vain. Elle n’a pas réussi à faire le poids face à l’influence de l’Arabie Saoudite, qui a exclu d’envoyer sa sélection nationale en Cisjordanie occupée pour y disputer un match de qualification pour la Coupe du monde 2018.

L'Arabie saoudite invoque un "cas de force majeure" en raison de "circonstances exceptionnelles", sans les préciser à aucun moment. Certains responsables palestiniens ont évoqué le refus de Riyad de voir son équipe transiter par les nombreux points de passage tenus par l’armée israélienne en Cisjordanie. Officiellement, le royaume wahhabite n’a pas de relations diplomatiques avec l’État hébreu. Or, le fait d’accepter que les joueurs et le staff technique saoudiens soient contrôlés par l’armée israélienne serait synonyme de normalisation.

Lundi, le bureau du comité d'organisation de la Coupe du monde, présidé par le Français Michel Platini, assisté de deux membres de Bahreïn et du Koweït, a en effet penché en faveur de la monarchie wahhabite en ordonnant que la rencontre, prévue le 13 octobre, se dispute sur terrain neutre. Les frais occasionnés par le déplacement du match "seront intégralement assumés par la Fédération de football d'Arabie saoudite", précise le texte de la décision.
La Fifa, l'instance suprême du football mondial, a clarifié sa position, "définitive et contraignante", dans une lettre envoyée lundi à la Fédération saoudienne de football, en disant "comprendre les justifications présentées" par l'Arabie Saoudite pour refuser de se rendre dans les territoires palestiniens.
 
Une décision "impossible à accepter"
 
Lésée, la Fédération palestinienne, qui avait fait savoir qu’elle "ne pouvait pas céder sur ce droit légitime et historique" que constitue "le droit de jouer sur son territoire, devant son public", a immédiatement dénoncé cette décision. "Priver la Palestine du droit de jouer à domicile est un précédent dangereux et impossible à accepter, à aucune condition", a tonné le président de la Fédération palestinienne Jibril Rajoub. Ce dernier, cité par le site de l’instance palestinienne, a affirmé qu'il saisira toutes les organisations internationales compétentes pour faire annuler la décision.
 
Le 21 septembre, les Palestiniens, qui avaient perdu de justesse le match aller 3-2 à l’extérieur en juin dernier, avaient proposé aux Saoudiens de rejoindre Ramallah à bord d'hélicoptères jordaniens, afin d’éviter tout contact avec les Israéliens. "Nous redisons à ceux qui s'opposent et pensent que visiter la Palestine constitue une forme de normalisation avec la partie israélienne, que visiter un détenu en prison ne signifie pas reconnaître la légitimité du geôlier, mais constitue au contraire un acte de solidarité et de soutien au peuple palestinien et à sa juste cause", avait plaidé Jibril Rajoub.
 
De son côté, la sélection des Émirats arabes unis avait affronté la Palestine en Cisjordanie, en faisant match nul (0-0) lors de son premier match de qualification pour un Mondial jamais organisé sur son sol.
 
L’intransigeance de la Fifa et de l’Arabie saoudite porte un coup sévère aux Palestiniens et à leur cause, que pourtant Riyad prétend soutenir, puisqu’au-delà du football, c’est tout un symbole qui est écorché par cette affaire. Privé d’État, les Palestiniens sont très attachés aux instances qui accueillent en leur sein la Palestine, et recevoir sur leur sol la sélection d’une puissance régionale comme l’Arabie saoudite aurait constitué à n’en pas douter un symbole très fort à leurs yeux. 
 
Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.