Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Melinda Gates : "La philanthropie ne peut pas se substituer aux États"

En savoir plus

FOCUS

La réforme des retraites, fer de lance de l'opposition russe

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Les câbles sous-marins, enjeux stratégiques de la communication

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Helle Thorning-Schmidt : "Les guerres modernes visent les enfants"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un peuple et son roi" : quand grande et petite histoire s'entremêlent

En savoir plus

FACE À FACE

Manuel Valls candidat à Barcelone : un pari osé ?

En savoir plus

L’invité du jour

Bassma Kodmani : "Assad, un jour, rendra compte pour ses crimes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis : la hausse des taux, un risque pour l'économie ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Irak envisage de laisser Moscou frapper l’EI sur son sol

© Capture d'écran France 24 | Bagdad est prêt à étudier toute proposition de la Russie pour bombarder l’organisation de l’État islamique sur son territoire.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2015

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a accordé un entretien exclusif à France 24, diffusé jeudi, dans lequel il s’est dit prêt à étudier toute proposition de la Russie pour bombarder l’EI sur son territoire.

Bagdad fait des appels du pied à Moscou. Dans un entretien exclusif, diffusé jeudi 1er octobre sur France 24, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi se dit prêt à étudier toute proposition de la Russie pour bombarder l’organisation de l’État islamique (EI) sur son territoire.

Interrogé sur d'éventuels pourparlers entre Moscou et Bagdad à ce sujet, Haider al-Abadi dit qu'il est trop tôt pour parler de négociations. Mais il laisse la porte ouverte : "Si l'offre nous est faite, nous l'étudierons".

Jeudi 1er octobre, les Russes se sont dit prêts à examiner une telle option. "Si nous recevons une demande en ce sens du gouvernement irakien, ou s'il y a une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU [...], nous en considérerons la pertinence politique et militaire", a indiqué un responsable du ministère des Affaires étrangères, cité par l’AFP.

"Il est de notre intérêt de partager des informations" avec Moscou et Téhéran a poursuivi le successeur de Nouri al-Maliki au poste du chef du gouvernement. Et d’ajouter : "Mais nous n'avons pas pour intention de mener ou participer à une quelconque opération en Syrie. Notre objectif est d'expulser Daech de l'Irak".

Sondé sur les intentions du président Vladimir Poutine dans la région, au moment où des questions se posent sur la volonté réelle de la Russie de s’attaquer ou pas aux jihadistes de l'EI, Haider al-Abadi s’est montré rassurant. "La Russie veut vraiment combattre et diriger sa machine de guerre contre Daech".

"Il serait très surprenant" que les jihadistes de ce groupe extrémiste soient épargnés par le Kremlin, "car il y a plus de 2 000 Russes qui combattent aujourd'hui avec Daech", a-t-il insisté. "S'ils rentrent en Russie, ils y provoqueront le chaos. Je crois donc qu'il est dans l'intérêt de la Russie de combattre Daech, et je souhaite qu'elle le fasse", a-t-il souligné.

Regardez l’intégralité de l’entretien avec le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, enregistré mercredi soir à New York, jeudi 1er octobre à 23 h 40 sur France 24.

 

 

Première publication : 01/10/2015

  • DIPLOMATIE

    Raids en Syrie : Paris sceptique après l'opération de Moscou

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Syrie : pourquoi Moscou se moque du monde mais marque des points

    En savoir plus

  • SYRIE

    John McCain accuse les Russes d’avoir ciblé des rebelles syriens formés par la CIA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)