INTERNET

États-Unis : Amazon ne veut plus vendre certains produits Apple ou Google

Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, lors de la présentation du téléphone Fire Phone
Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, lors de la présentation du téléphone Fire Phone David Ryder, AFP

Le géant américain de la vente en ligne Amazon a décidé d'interdire la vente sur son site américain de l'Apple TV et du Chromecast de Google qui sont des concurrents à ses propres produits et services.

Publicité

Le scandale est arrivé par un mail d'Amazon envoyé aux vendeurs et distributeurs qui travaillent avec le géant américain de la vente en ligne. Publiée sur le site communautaire Reddit, jeudi 1er octobre, la missive annonce qu'Amazon a décidé de ne plus vendre aux États-Unis les produits emblématiques des deux autres géants : Google et Apple.

À partir du 29 octobre, il ne sera plus possible de trouver l'Apple TV et le Chromecast sur le célèbre site de e-commerce. Point commun entre ces deux produits bannis des e-étals : ils permettent de regarder sur sa télévision du contenu provenant de divers services tels que iTunes, Google Play ou encore Netflix. Particularité : l'utilisateur de l'Apple TV ou du Chromecast n'a pas accès à Amazon Prime Video.

Amazon Prime Video

Pour profiter de l'offre d'Amazon, il faut utiliser les produits maison : le boîtier Fire TV ou la clef USB Fire TV. Ou d'autres supports, comme les consoles Xbox One ou Playstation 4, que le roi des sites de commerce en ligne cite dans son mail. "Ce sont de très bonnes solutions [pour profiter d'Amazon Prime Video]", souligne les auteurs du courriel.

Cette interdiction de vendre des produits concurrents aux siens n'a pas fait du bien à l'image d'Amazon. Le groupe californien est "bien placé pour le titre de 'plus grand crétin' du Net", s'enflamme l'influent site technologique Android Police.

Le précédent Hachette

Beaucoup, comme le "New York Times", soulignent que ces décisions unilatérales illustrent à quel point Amazon se croit tout permis parce qu'il est un acteur dominant dans le secteur du e-commerce. Ils rappellent que Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, n'avait pas hésité à arrêter la vente sur son site des livres édités par Hachette lorsque la maison d'édition avait refusé de laisser Amazon fixer librement les prix des livres électroniques. La bataille, qui avait duré plusieurs mois, avait fait du géant américain l'ennemi numéro 1 d'un bon nombre d'auteurs.

Cette fois-ci, c'est à l'entreprise la plus riche au monde (Apple) et au roi de la recherche et de la publicité en ligne (Google) qu'il s'attaque. Cela risque, d'après la chaîne économique américaine Bloomberg, d'être le "début d'une guerre sanglante" pour contrôler ce que les consommateurs regardent sur leur télévision.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine