Accéder au contenu principal

Interrompu après l’intrusion d'une centaine de migrants, le trafic de l’Eurotunnel a repris

Des agents de sécurité ont fait évacuer une partie des migrants qui avaient tenté d'entrer dans le tunnel sous la Manche, le 3 octobre 2015.
Des agents de sécurité ont fait évacuer une partie des migrants qui avaient tenté d'entrer dans le tunnel sous la Manche, le 3 octobre 2015. Philippe Huguen, AFP

Le trafic a été interrompu dans la nuit de vendredi à samedi dans le tunnel sous la Manche après l'intrusion d'au moins une centaine de migrants. La circulation de l'Eurostar a repris progressivement samedi matin.

PUBLICITÉ

Le trafic dans le tunnel sous la Manche, près de Calais, a repris à samedi 3 octobre au matin, après avoir été interrompu dans la nuit de vendredi à samedi, lorsque 113 migrants ont forcé une clôture et pénétré à l'intérieur du tunnel sur 15 km.

"On a pu envoyer un premier Eurostar au départ de l'Angleterre à 8 h 05, suivi d'un train fret à vide circulant à marche prudente. Le service va reprendre progressivement, et on annonce un départ depuis la France aux alentours de 10 h", a indiqué une porte-parole d'Eurotunnel. "Les migrants sont entrés dans le tunnel assez loin, sur 15 km environ", a précisé la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio. Dix blessés légers dont sept migrants ont été pris en charge par les cinq ambulances présentes sur place, a rapporté à l'AFP un officier des pompiers du Pas-de-Calais.

Samedi vers 0 h 30, au moins une centaine de migrants avaient découpé l'une des nombreuses clôtures du site, un groupe "extrêmement organisé", selon une porte-parole d'Eurotunnel. Ils avaient pu pénétrer en force malgré la présence d'agents de sécurité, qui n'ont pu s'y opposer. Plusieurs migrants, une fois sur le site, auraient réussi à atteindre l'entrée du tunnel. "Ça a été organisé par des gens qui savaient que ça n'aboutirait pas", a indiqué à Reuters la porte-parole.

"Une attaque organisée"

Mercredi, la police faisait état d'une présence plus importante parmi les migrants concentrés autour de Calais de militants du réseau d'extrême gauche "No borders" ("Pas de frontières"), qui réclame l'abolition des frontières et des politiques de contrôle de l'immigration.

"Un groupe aussi important que celui-ci n'avait aucune chance d'atteindre le Royaume-Uni. Il est donc clair que cette attaque a été organisée dans l'unique but d'attirer l'attention des médias sur la situation désespérée des migrants coincés dans le Calaisis", a écrit Eurotunnel dans un communiqué.

À plusieurs reprises, en août et en septembre, le trafic avait déjà été perturbé ou totalement interrompu à la suite d'intrusions massives de migrants sur le site d'Eurotunnel, une vaste étendue de plus de 600 hectares à proximité de Calais.

En raison du renforcement de la sécurité sur le port de Calais au départ des ferries et du conflit social qui avait paralysé l'activité portuaire, les migrants avaient massivement tenté de passer au Royaume-Uni via les trains de passagers et de marchandises au départ du site d'Eurotunnel.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.