Accéder au contenu principal

La Vieille ville de Jérusalem interdite aux Palestiniens pendant deux jours

Une manifestation israélienne d'extrême droite contre les Palestiniens devant l'une des entrées de la Vieille ville de Jérusalem, le 3 octobre 2015.
Une manifestation israélienne d'extrême droite contre les Palestiniens devant l'une des entrées de la Vieille ville de Jérusalem, le 3 octobre 2015. Thomas Coex, AFP

L'accès de la Vieille ville de Jérusalem a été interdit aux Palestiniens dimanche pendant deux jours, après les violences répétées de ces derniers jours. Deux personnes sont mortes samedi dans la Vieille ville après un nouvel épisode meurtrier.

Publicité

La police israélienne a annoncé dimanche 4 octobre l'interdiction pendant deux jours de l'accès à la Vieille ville de Jérusalem aux Palestiniens de Jérusalem-Est, à la suite de d'attaques qui ont coûté la vie à deux Israéliens et dont les auteurs ont été tués.

Cette mesure exceptionnelle concerne l'immense majorité des Palestiniens de Jérusalem-Est annexée, qui ne vivent pas dans la Vieille ville. Durant deux jours, seuls les Israéliens, les résidents de la Vieille ville, les touristes, les propriétaires de commerce et les élèves pourront y pénétrer, a précisé la police.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de la police israélienne a indiqué que cette mesure allait empêcher l'immense majorité des Palestiniens de Jérusalem-Est occupée, qui résident en dehors de la Vieille ville, de s'y rendre. En revanche les Arabes israéliens pourront y aller, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, l'accès à l'esplanade des Mosquées pour les musulmans autorisés à entrer dans la Vieille ville est limité aux hommes de plus de 50 ans, a ajouté la porte-parole. Cette mesure est utilisée régulièrement dans les périodes de tension.

Une montée des violences à Jérusalem et en Cisjordanie occupée

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux Palestiniens ayant attaqué à coups de couteau des Israéliens, dont deux ont trouvé la mort, ont été tués par la police à Jérusalem. Ces attaques ont eu lieu dans un contexte de heurts quotidiens dans la Vieille ville, sous haute tension depuis le début des fêtes juives il y a trois semaines. Deux jours avant ce nouvel incident, un couple de colons israélien avait été abattu par balles dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Dans la vieille ville de Jérusalem, deux Israéliens, dont un rabbin habitant dans le quartier juif de la Vieille ville ainsi qu'un habitant d'une colonie de Cisjordanie ont été tués par un Palestinien armé d'un couteau, et deux autres personnes ont été blessées - un enfant de deux ans et une femme hospitalisée dans un état "sérieux".

La police a abattu l'agresseur, âgé de 19 ans et originaire d'un village proche de Ramallah, en Cisjordanie occupée. Le Jihad islamique, deuxième force islamiste palestinienne, a présenté le jeune Palestinien comme l'un de ses membres.

Quelques heures plus tard, un autre Palestinien a blessé sérieusement à coups de couteau un passant dans la partie ouest de la ville, avant d'être abattu par des policiers.

Depuis la mi-septembre, de nombreux affrontements ont éclaté entre Palestiniens et policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'Islam, ou Mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme.

À l'occasion des fêtes juives du nouvel an, de Yom Kippour, et de Soukkot, qui se termine lundi, et de l'importante fête musulmane de l'Aïd al-Adha, la police a déployé ces dernières semaines un millier d'hommes supplémentaires pour faire face à l'afflux de fidèles juifs dans la Vieille ville.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.