FOOTBALL

Foot européen : Chelsea au fond du trou, le PSG quasi seul au monde et le Bayern s'envole

José Mourinho semble être en bout de cycle à Chelsea.
José Mourinho semble être en bout de cycle à Chelsea. Glyn Kirk, AFP

Le cauchemar de José Mourinho se poursuit en Angleterre, où Chelsea a été giflé sur sa pelouse par Southampton et glisse au 16e rang de Premier League. Tout va pour le mieux en revanche pour le PSG, la Fiorentina et le Bayern.

Publicité

Premier League : Chelsea dégringole, Arsenal redécolle

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Chelsea, qui peut d’ores et déjà (selon toutes vraisemblances) tirer un trait sur le titre en Premier League. Balayés sur leur pelouse par Southampton (1-3), les Blues sont seizièmes du championnat.

Ça ne va guère mieux à Liverpool, où les Reds ont accroché un nul dans le derby face à Everton (1-1). Une stagnation à laquelle le coach local, Brendan Rodgers, n’a pas su résister : les dirigeants du club l'ont limogé dimanche.

Tout en haut du tableau, Manchester City s’est refait une santé en corrigeant Newcastle United (6-1), tandis qu’Arsenal est remonté à la 2e place à la faveur d’un superbe succès contre Manchester United (3-0), relégué à la 3e place.

Liga : les cadors à l’arrêt

Week-end compliqué pour les grosses écuries espagnoles. Le FC Barcelone, sans Messi (blessé au genou), n’a pas su trouver les solutions pour venir à bout du modeste FC Séville, pourtant en queue de peloton en Liga, et qui a décroché un succès majeur à domicile (2-1). Les Catalans ont toutefois été préservés, puisque le choc madrilène entre le Real et l'Atlético a accouché d’un nul qui n’arrange personne (1-1).

Et même le FC Valence, pourtant revigoré par son succès en milieu de semaine face à l’OL en Ligue des champions, n’a pas réussi à émerger de ce marasme. Les Valenciens, battus à Bilbao (3-1), restent englués en milieu de tableau. Villareal avait donc l’occasion de conforter un peu plus sa place de leader, dimanche, face à Levante. Mais sur le terrain de "l’autre club" de Valence, le sous-marin jaune a coulé et abandonné trois points qui lui semblaient pourtant promis (1-0).

Ligue 1 : Paris solo, Marseille sous l’eau

Dans un style un peu différent, le PSG est lui aussi en train d’écraser son championnat domestique. Les Parisiens, vainqueurs dimanche soir du classico face à l’OM (2-1), comptent déjà cinq points d’avance en tête de la L1. Et son adversaire du soir, qui vient d’enchaîner une troisième défaite de rang en une semaine et toutes compétitions confondues, pointe à une très inquiétante 16e place.

Derrière Paris, aucun des prétendants à l'Europe n'a véritablement su convaincre. Seul Lyon, vainqueur de Reims (1-0), a su tirer son épingle du jeu. En revanche, Saint-Étienne, battu à Caen (1-0) et Monaco, accroché par Rennes (1-1), ont encore laissé des points en route. Des déconvenues qui profitent à Angers, promu et surprenant deuxième du classement après sa victoire face à Bastia (1-0).

Serie A : Naples intraitable, la Fio' impeccable

C'est en toute discrétion que la Fiorentina trace sa route en Serie A. La "Viola" occupe désormais seule la tête du classement à la faveur de sa victoire sur l'Atalanta Bergame (3-0). Les Florentins profitent du faux pas de l'Inter Milan, accroché par la Samp' (1-1).

Mais c’est plus bas dans le classement que les regards se sont tournés ce week-end. À San Siro, où l’AC Milan recevait Naples, les Rossoneri ont vécu une terrible humiliation. Dans ce duel de milieu de tableau, les hommes de Mihajlovic ont littéralement explosé et encaissé un cinglant 0-4. De quoi faire presque passer à la trappe un autre petit événement de l’autre côté des Alpes : la Juventus Turin, qui s’est imposée face à Bologne (3-1), a quitté le dernier quart du classement et passe 12e.

Bundesliga : le Bayern tout simplement trop fort

Le choc était attendu outre-Rhin… et il a accouché d’une souris. Non pas que la rencontre entre le Bayern Munich (1er) et le Borussia Dortmund (2e) ait manqué d’animation, mais tout simplement parce qu'au soir de la 8e journée, les Bavarois ont tué tout suspense en Bundesliga.

À l’Allianz Arena, Dortmund n’a pas existé (5-1). Les Jaunes et Noir restent deuxième au classement mais comptent déjà sept longueurs de retard. Autant dire un gouffre au regard du rythme de marche des hommes de Pep Guardiola, qui n’ont pas abandonné un seul point depuis le début de la saison.

Et si la concurrence n'est pas du côté de Dortmund, elle ne semble pas émerger ailleurs. Schalke 04, troisième, a été balayé à domicile par Cologne (0-3), tout comme le VfL Wolfsburg, quatrième, et battu à Mönchengladbach par le Borussia M'Gladbach (2-0).
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine