JAPON

Au Japon, un dessin anti-migrants provoque une polémique

L’artiste japonaise Toshiko Hasumi a représenté une "fausse migrante" dans l'un de ses dessins posté sur Facebook.
L’artiste japonaise Toshiko Hasumi a représenté une "fausse migrante" dans l'un de ses dessins posté sur Facebook. Capture d'écran Facebook

Au Japon, le dessin d’une artiste conservatrice accusant des "faux migrants" de débarquer en Europe a outré une partie de la population début octobre. Tokyo s’illustre par sa politique intransigeante envers les demandeurs d’asile.

Publicité

"Je veux vivre propre et en sécurité, manger des plats raffinés, porter de jolis vêtements et mener une vie luxueuse… aux frais de quelqu’un d’autre. Pour ça, j’ai une idée : je vais devenir réfugiée." Un dessin a créé une vive polémique sur les réseaux sociaux au Japon. Le croquis en cause représente une petite fille syrienne, sourire malicieux aux lèvres, qui affirme sans détour ses ambitions : vivre confortablement en tant que réfugiée.

Le ton ouvertement anti-migrants de cette image est celui de l’artiste japonaise conservatrice Toshiko Hasumi. Ce dessin posté sur Facebook début octobre, et inspiré d’une photo de fillette syrienne réfugiée au Liban, a suscité la colère de militants antiracistes qui ont publié une pétition sur Change.org, signée par près de 11 000 personnes, pour appeler le réseau social à retirer ce dessin. Si Facebook a estimé que ce contenu ne contrevenait pas à ses règles, Toshiko Hasumi s’est en revanche résolue à supprimer son œuvre, sans toutefois exprimer de remords.

"Je ne veux pas que les pays européens soient victimes de cette situation et que les personnes qui travaillent dur soient affectées par ces faux migrants", justifie la dessinatrice à la BBC jeudi 8 octobre, tout en admettant avoir choisi l’image d’une petite fille dans le but de provoquer. "Je ne nie pas le fait qu’il y ait des réfugiés dans la misère. Je dénonce simplement les ‘faux réfugiés’ qui se font passer pour des victimes dans le but de satisfaire leur intérêt personnel."

"Un pays qui ferme ses portes aux réfugiés"

Si cette image de manga a provoqué une levée de bouclier dans l’archipel nippon, elle dénote la position fermement anti-migrants affichée par ce pays qui dispose pourtant du troisième plus gros PIB au monde.

Comme le pointe l’ONG Amnesty International, via des chiffres publiés en septembre 2015, le Japon n’a mis aucune place d’hébergement à disposition des migrants fuyant la Syrie.

Le Premier ministre Shinzo Abe a bien annoncé, le 29 septembre dernier, le versement d’1,5 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) pour aider les réfugiés d’Irak et de Syrie et soutenir les efforts de paix au Proche-Orient et en Afrique, mais il reste en parallèle intraitable sur les demandes d’asile dont son pays fait l’objet. En 2014, seulement 11 personnes ont obtenu le statut de réfugié au Japon sur les 5 000 demandes reçues par Tokyo.

Une position de plus en plus dénoncée à gauche. Dans un éditorial paru mardi 6 octobre dans le journal "Mainichi Shimbun", le Japon est décrit comme un "pays aux portes fermées pour les réfugiés". "Nous devons changer cette nature fermée et envisager d’accepter des réfugiés venant de zones de conflit de manière proactive", peut-on lire. "Il n’incombe pas seulement à l’Europe de résoudre cette crise humanitaire."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine